VIDEO. Ebola en Guinée : peu de chance de survie pour les malades assistés par MSF

Dans le centre de Médecins sans frontières (MSF) de Guéckédou, une des villes les plus touchées par l'épidémie d'Ebola dans le sud du pays, plusieurs malades sont dans un état critique.

REUTERS et APTN

Le virus Ebola laisse peu de chance de survie aux malades atteints en Guinée. Il s'agit du "type Zaïre", la plus mortelle des cinq espèces de la famille des rétrovirus qui causent l'Ebola. Et il est à l'origine d'une partie des fièvres hémorragiques qui ont fait près de 80 morts depuis janvier. Dans le centre de Médecins sans frontières (MSF) de Guéckédou, une des villes les plus touchées par l'épidémie d'Ebola dans le sud du pays, plusieurs malades sont dans un état critique.

L'Institut Pasteur installé à Conakry

L'ONG a construit deux bâtiments qui peuvent abriter une cinquantaine de lits. L'une de ces deux structures accueille les "cas suspects", l'autre les "cas confirmés" du virus. Deux malades sont morts dans ce bâtiment lundi 31 mars. Par ailleurs, un laboratoire est installé à Conakry, la capitale, où travaille une équipe de l'Institut Pasteur de Dakar venue avec son propre équipement. Vingt-deux cas d'Ebola ont été recensés, mardi 1er avril, dans le sud de la Guinée et à Conakry, sur 122 cas suspects de fièvre hémorragique virale, selon le dernier bilan du gouvernement guinéen.

Le centre de Médecins sans frontières (MSF) de Guéckédou, une des villes les plus touchées par l\'épidémie d\'Ebola, dans le sud de la Guinée.
Le centre de Médecins sans frontières (MSF) de Guéckédou, une des villes les plus touchées par l'épidémie d'Ebola, dans le sud de la Guinée. (SEYLLOU / AFP)