Vente de Rafale à l'Égypte : une aubaine pour les salariés de Dassault

La vente de 24 avions Rafale à l'Égypte est une bonne nouvelle pour toutes les entreprises françaises associées à la production des appareils, à commencer par l'usine Dassault de Mérignac.

Le premier contrat d'exportation du Rafale, qui sera signé ce lundi 16 février avec l'Égypte, n'est pas qu'une aubaine pour l'État, mais aussi pour son constructeur, le groupe Dassault Aviation, et notamment l'usine de Mérignac (Gironde), où est assemblé l'avion.
"On attendait ça avec impatience. Non seulement en interne, mais pour les sous-traitants, tous ceux qui travaillent dans l'aéronautique dans la région", exprime un salarié au micro de France 3. Actuellement, 7 000 salariés fabriquent le Rafale, sous-traitants compris.

Plusieurs années de travail

Après des années difficiles, les salariés de l'usine retrouvent de l'espoir après l'annonce de la vente de 24 Rafale à l'Égypte. "On espère que ces 80 postes qu'on a perdus en cinq ans, on les retrouvera", déclare Alain Darmendrail, membre de la CFDT Dassault. La vente des 24 appareils à l'Égypte garantit au groupe plusieurs années de travail.

Le JT
Les autres sujets du JT
Deux avions de combat Rafale lors d\'une mission en Irak le 19 septembre 2014.
Deux avions de combat Rafale lors d'une mission en Irak le 19 septembre 2014. (JEAN-LUC BRUNET / ECPAD)