Cet article date de plus de neuf ans.

L'homme qui s'est immolé par le feu à Tunis est mort

"Voilà la jeunesse qui vend des cigarettes, voilà le chômage", avait crié ce vendeur de cigarettes à la sauvette d'une vingtaine d'années avant de s'immoler.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'avenue Bourguiba à Tunis (Tunisie), le 31 janvier 2013 (FETHI BELAID / AFP)

L'homme grièvement brûlé après s'être immolé par le feu mardi 12 mars à Tunis (Tunisie) est mort mercredi. "Voilà la jeunesse qui vend des cigarettes, voilà le chômage", avait crié ce vendeur de cigarettes à la sauvette âgé d'une vingtaine d'années avant de s'immoler, sur l'avenue Habib-Bourguiba, principale artère de la capitale. Des passants s'étaient précipités sur lui pour éteindre le feu, mais l'ensemble de sa peau avait été calciné. Il était néanmoins conscient lorsque les secours l'avaient transféré à l'hôpital.

Plusieurs cas d'immolation par le feu ont eu lieu pendant et après la révolution de janvier 2011 en Tunisie, qui reste plongée dans une profonde crise politique et économique. C'est par ce geste que la révolte populaire avait d'ailleurs débuté, quand un jeune vendeur ambulant, Mohamed Bouazizi, excédé par le chômage et la misère, s'était immolé, à Sidi Bouzid. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.