VIDEO. Tunisie : le combat des jeunes artistes

Beaucoup de jeunes artistes ont participé de la révolution tunisienne.  Comment vivent-ils aujourd'hui le manque de liberté, coincés entre les islamistes et les héritiers de l'ancien pouvoir ?

Voir la vidéo

Les Tunisiens, privés de parole depuis des décennies, se lâchent depuis la révolution.
A Thala, situé à 250 km de Tunis, le combat continue à travers de jeunes graffeurs et taggeurs du collectif Zwewla. Trois ans après la révolution et deux ans après la victoire des islamistes, ces artistes plaident la cause des plus démunis. "On va continuer à user de notre parole libre. On va continuer à militer pour la Tunisie de nos rêves pour que tout le monde ait ses droits", insiste Oussama Bouagila. Cette lutte, par tags interposés, font pourtant de lui et de ses amis la cible des policiers. 

Depuis la révolution, on arrête pas de voir des procès contre les jeunes qui ont fait cette révolution", souligne de son côté Henda Hendoud du comité de soutien de Jabeur Mejri. Le jeune Tunisien a été condamné à 7 ans de prison pour avoir publié des caricatures de Mahomet sur Facebook. 

Réprimer la contestation de la jeunesse, emprisonner quelques artistes et activistes et faire planer la menace sur tous les autres, c'est le triptyque que semble avoir adopté les nouvelles autorités. Les Tunisiens ont fait la révolution mais les islamistes et le ministère de l'intérieur n'ont pas pour autant changé de méthode. 



Le rappeur Clay BBJ a été condamné à 6 mois de prison ferme à Hammamet (Tunisie), le 26 septembre 2013.
Le rappeur Clay BBJ a été condamné à 6 mois de prison ferme à Hammamet (Tunisie), le 26 septembre 2013. (CULTUREBOX)