Cet article date de plus de sept ans.

Tunisie : un travail de mémoire pour "dépasser les monstruosités de l'ancien régime"

Mohamed Fadhel Mahfoudh, membre du Quartet du dialogue national tunisien, prix Nobel de la paix 2015, est revenu sur les témoignages des victimes des régimes dictatoriaux en Tunisie et a souligné leur importance vendredi sur franceinfo.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Mohamed Fadhel Mahfoudh prononce un discours lors de la cérémonie du Prix Nobel de la Paix à Oslo, Norvège, le 10 décembre 2015. (CORNELIUS POPPE / POOL NTB SCANPIX)

Les victimes de la dictature en Tunisie ont témoigné jeudi 17 novembre à la télévision tunisienne. C'est la commission Vérité et Dignité qui a organisé ces auditions sur les exactions commises sous les régimes d'Habib Bourguiba et de Ben Ali de 1956 à 2011. "Ce travail collectif de mémoire peut nous aider à dépasser les monstruosités de l'ancien régime", a commenté, vendredi sur franceinfo, Mohamed Fadhel Mahfoudh, membre du Quartet du dialogue national tunisien, prix Nobel de la paix 2015.

Le travail qui est en train d'être mené va permettre de reconnaitre les droits des victimes, "le droit à la vérité, à la justice, à la réparation", précise-t-il. "C'est surtout la garantie de la non répétition des exactions qui ont été commises par le passé sous l'ancien régime."

Des auditions encore en cours

Mohamed Fadhel Mahfoudh souligne que "toutes les expériences de transition démocratique ont connu ce processus." Cela multiplie les chances de la société "de revenir à un fonctionnement pacifié et démocratique" pour que les tunisiens "prennent confiance dans les nouvelles institutions que nous sommes en train d'installer."

La commission Vérité et Dignité a examiné 62 000 plaintes de particuliers et d'associations. Les audiences qui se déroulent en ce moment "peuvent donner un autre aspect à la vie démocratique et au respect des droits de l'Homme dans notre société", affirme l'avocat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.