La femme tunisienne a désormais le droit de déclarer la naissance de ses enfants

La loi, datant de 1957, n'offrait ce droit qu'au père, au personnel médical et aux témoins de l’accouchement. 

Des Tunisiennes brandissent des drapeaux lors d\'une manifestation organisée par des femmes à l\'occasion de la fête de l\'indépendance à Tunis, le 20 mars 2019. 
Des Tunisiennes brandissent des drapeaux lors d'une manifestation organisée par des femmes à l'occasion de la fête de l'indépendance à Tunis, le 20 mars 2019.  (CHEDLY BEN IBRAHIM / NURPHOTO)

La Tunisie fait encore un pas de plus vers l’égalité homme-femme. La femme tunisienne a désormais le droit de déclarer elle-même la naissance de ses enfants à l’état-civil. La loi, promulguée sous l’ancien président Habib Bourguiba en 1957, accordait ce droit au père, au personnel médical et aux témoins.

"La naissance de l'enfant sera déclarée par le père ou à défaut du père, par les docteurs en médecine, sages-femmes, ou autres personnes qui auront assisté à l'accouchement et, lorsque la mère aura accouché hors de son domicile, s'il est possible, par la personne chez qui elle aura accouché", précisait l’article 24.

C’est le chef du gouvernement tunisien Youssef Chahed qui a annoncé, jeudi 8 août 2019, la promulgation de la loi lors de la conférence nationale organisée par le ministère de la Femme, de la Famille, de l’Enfance et des Seniors sous le thème La femme dans les postes de prise de décisions politiques.

Cette annonce, accompagnée de mesures d’aide aux femmes rurales, serait-elle liée à l'agenda électoral ? ""Campagne électorale anticipée?", "Hasard du calendrier"? Au fond, les intentions importent peu tant que les mesures annoncées ce jeudi par le chef de gouvernement vont améliorer le quotidien des femmes tunisiennes et notamment rurales, longtemps laissées pour compte", se réjouit le site Actu-Express.

La question de la femme oppose islamistes et démocrates en Tunisie. Le projet de loi sur l’égalité dans l’héritage entre hommes et femmes a divisé la société tunisienne.