Faillite de Thomas Cook : la Tunisie lourdement impactée

Le manque à gagner pour l’économie touristique atteindrait les 60 millions d’euros.

Un appareil du voyagiste sur le tarmac de l\'aéroport de Manchester, au nord de la Grande-Bretagne, le 23 septembre 2019.
Un appareil du voyagiste sur le tarmac de l'aéroport de Manchester, au nord de la Grande-Bretagne, le 23 septembre 2019. (OLI SCARFF / AFP)

Plus qu’ailleurs, la faillite du groupe Thomas Cook risque d’être fortement ressentie en Tunisie. Selon DestinationTunisie.info, Thomas Cook était le premier pourvoyeur de touristes du pays. Selon le même site, les hôtels qui ont accueilli des clients Thomas Cook n’ont pas été payés par le tour opérateur depuis le mois de juin. Le voyagiste pensait pouvoir se refaire une santé et payer en octobre, c’est désormais aux futurs administrateurs provisoires de régler les factures, ou pas !

C’est donc la faillite qui menace pour les hôtels qui n’ont que Thomas Cook comme client. Ce sera en tout cas un gros manque à gagner, les touristes ayant déjà consommé leur séjour. Le ministère du Tourisme a estimé à 100 000 le nombre de touristes britanniques à fréquenter la Tunisie cet été. Aucun montant n'a pour l'heure été avancé par les pouvoirs publics. Mais le site marocain Media24 parle de 60 millions d'euros de manque à gagner. Rien que pour Djerba, le voyagiste dispose de 33 clubs de vacances.

A Hammamet, un directeur d’hôtel a même, selon la presse britannique, bloqué les vacanciers sur le départ – une trentaine  leur réclamant le paiement du séjour. Soit donc une seconde facture pour ces touristes qui avaient déjà payé le tour opérateur. "Des gardes étaient en faction devant le portail fermé de l’hôtel. Le personnel leur réclamait le paiement du séjour", raconte le Daily Mail.

Ainsi, certains vacanciers auraient payé 2200 euros afin de pouvoir quitter les lieux. Dans un tweet, Thomas Cook s’est engagé à recréditer ces clients, assurant qu’aucun nouveau vacancier ne sera envoyé dans cet hôtel.

Selon René Trabelsi, le ministre tunisien du Tourisme, il s’agit d’un malentendu. "Le groupe de touristes a finalement pu mener à bien les procédures de check-out après avoir reçu des excuses pour ce retard, puis a été accompagné à l’aéroport", affirme un communiqué.

Le groupe Thomas Cook avait fait son retour dans le pays en 2017, après une absence de plusieurs années à cause de la menace terroriste. Mais d'autres pays seront également touchés, à commencer par l'autre poids lourd du secteur : le Maroc.