"On l'appelle déjà monsieur le président" : en Tunisie, les partisans du candidat Nabil Karoui croient en sa victoire malgré son emprisonnement

Les résultats officiels n'ont pas encore été dévoilés, mais l'équipe du candidat emprisonné Nabil Karoui revendique sa qualification pour le second tour.

Des partisans de Nabil Karoui, le candidat tunisien emprisonné, devant le QG de son équipe de campagne à Tunis, le 15 septembre 2019.
Des partisans de Nabil Karoui, le candidat tunisien emprisonné, devant le QG de son équipe de campagne à Tunis, le 15 septembre 2019. (FETHI BELAID / AFP)

"On a commencé à l’appeler [monsieur le président] depuis un bon moment tellement on avait confiance en notre programme, celui de monsieur Karoui", concède Samira Chaouachi, représentante légale de Nabil Karoui pour la campagne présidentielle tunisienne. Son candidat est en prison depuis le 23 août, mais deux sondages le donnent qualifié pour le second tour, ce qui serait une première mondiale.

Une foule célèbre le "Berlusconi tunisien"

Devant le QG du parti de l'homme d'affaires et patron de télévision, des tentes sont dressées pour l’occasion. Une foule célèbre celui que l’on surnomme souvent "le Berlusconi tunisien". Pour Samira Chaouachi, il n’y a aucun doute, après avoir croisé deux sondages convergeant, Nabil Karoui est au deuxième tour. Elle se dit confiante.

Si Nabil Karoui est bien qualifié pour le deuxième tour de la présidentielle, c’est son équipe qui assurera sa campagne en l’absence de son candidat. "Tout ce monde a été obligé de faire une campagne en l’absence du principal candidat, ce qui était quand même fellinien", note son porte-parole Abdelaziz Belkhodja.

Une troisième demande de libération

Nabil Karoui est derrière les barreaux depuis près d’un mois, sous le coup d'une enquête pour blanchiment et fraude fiscale. Emprisonné et en position de devenir président. La situation donne des cheveux blancs aux juristes. Personne ne sait comment gérer cette affaire, d’autant plus que huit ans après sa révolution, le pays n’a toujours pas réussi à se doter d’une cour constitutionnelle.

Pour l’équipe de campagne de Nabil Karoui, la solution serait évidemment la libération de l’homme d’affaires. Son clan y croit. La justice doit statuer en début de semaine pour la troisième fois sur sa demande de libération. Les deux premières ont été refusées.

Je pense que Nabil va être libéré. On sait très bien que Nabil Karoui a été mis en prison à cause du chef du gouvernement qui ne voulait pas d’un favori comme lui.Abdelaziz Belkodja, porte-parole de Nabil Karouià franceinfo

Selon lui, ce sera différent cette fois. "Aujourd’hui, c’est terminé, le chef du gouvernement n’est pas parmi les deux premiers. On est dans une situation qui est beaucoup plus détendue. Politiquement et judiciairement." Pour l’heure, rien n’est joué. Les résultats officiels préliminaires ne seront annoncés que mardi 17 septembre.

Le reportage à Tunis de Maurine Mercier
--'--
--'--