Attentat en Tunisie : le Premier ministre limoge six chefs de la police

Lors d'une inspection du musée du Bardo, près de Tunis, où deux terroristes ont tué 21 personnes mercredi dernier, le Premier ministre a décelé "des lacunes".

Le Premier ministre tunisien Habib Essid prononce un discours le 19 mars 2015, au lendemain de l\'attaque terroriste perpétrée dans le musée du Bardio à Tunis (Tunisie).
Le Premier ministre tunisien Habib Essid prononce un discours le 19 mars 2015, au lendemain de l'attaque terroriste perpétrée dans le musée du Bardio à Tunis (Tunisie). (ILYES GAIDI / ANADOLU AGENCY / AFP)

Le Premier ministre tunisien, Habib Essid, a limogé, lundi 23 mars, six commandants de la police nationale, à la suite de l'attaque perpétrée mercredi 18 mars au musée du Bardo, près de Tunis. Parmi les six personnes renvoyées figurent les commandants chargés de la sécurité des touristes, ou encore le chef d'une unité du renseignement.

Des "lacunes" dans la sécurité

"Il a effectué une visite hier soir [dans le quartier du musée] et il y a vu plusieurs lacunes. Il a ainsi décidé de limoger un certain nombre de responsables, dont le chef de la police de Tunis et le chef de la police du Bardo", a indiqué Mofdi Mssedi, le chargé de la communication du Premier ministre

Au cours de l'attaque terroriste, 21 personnes, dont 20 touristes étrangers, dont trois Français, ont été tués. La réouverture du musée du Bardo est prévue mardi 24 mars au matin. Des Tunisiens ont prévu de manifester, devant le musée, leur refus du terrorisme.