Attentat à Tunis : les croisiéristes traumatisés par le drame

Une équipe de France 2 a recueilli les témoignages de certains passagers des deux paquebots qui faisaient escale à Tunis lors de l'attentat du musée du Bardo.

FRANCE 2

La plupart des victimes de l'attentat du musée du Bardo à Tunis participaient à deux croisières. Les bateaux ont malgré le drame continué leur route. Ils sont arrivés ce vendredi 20 mars à Barcelone, en Espagne. Abord du MSC Splendida, les passagers étaient soulagés d'enfin quitter Tunis. Aujourd'hui, les croisiéristes sont arrivés à Barcelone pour leur dernière escale. Parmi, les 3 714 passagers, neuf sont décédés, 12 ont été blessés et quatre sont portés disparus.
Pour les passagers français, le traumatisme est encore très présent : le soir, lorsque nous sommes arrivés à notre table, il manquait quatre personnes. "On a appris que ces quatre personnes étaient restées à Tunis, mais on ne savait pas si elles étaient mortes ou vivantes. On a appris récemment qu'elles étaient blessées. Une a pris une balle dans l'épaule. On n’a pas de nouvelles depuis", explique une croisiériste française au micro de France 2.

Une cellule psychologique mise en place

Tatiana Adam, avocate brésilienne, présente devant le musée au moment du drame, évoque émue le cauchemar qu'elle a vécu : "On a vu ces hommes arrivés avec leurs armes, et on a entendu les balles, on a couru derrière les voitures, et on est resté couché au sol".
À bord des deux paquebots qui ont perdu des passagers, un soutien psychologique a été mis en place. Leur retour est prévu demain à Marseille.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des fleurs déposées dans une flaque de sang devant le musée du Bardo, le 19 mars 2015, à Tunis (Tunisie), après l\'attaque terroriste qui a fait 21 morts.
Des fleurs déposées dans une flaque de sang devant le musée du Bardo, le 19 mars 2015, à Tunis (Tunisie), après l'attaque terroriste qui a fait 21 morts. (FADEL SENNA / AFP)