Cet article date de plus de neuf ans.

Tunisie. Des salafistes attaquent le bar d'un hôtel à Sbeitla

Cette attaque est la deuxième du genre en trois mois, dans le pays.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ville de Sbeitla (Tunisie) abrite un site datant de l'empire romain. (MATTES RENÉ / HEMIS.FR)

AFRIQUE - Les violences à caractère religieux se poursuivent dans le pays. Des salafistes ont attaqué le bar d'un hôtel à Sbeitla (Tunisie) et tenté de mettre le feu à l'établissement situé au cœur de cette ville archéologique du centre-ouest de la Tunisie, ont indiqué des témoins et la police, jeudi 13 décembre. "Une quinzaine d'hommes se sont attaqués à l'hôtel 'Le Capitole', ont saccagé le hall, détruit des bouteilles d'alcool, et à défaut d'incendier l'hôtel, ils ont mis le feu à un véhicule en stationnement devant l'établissement", a indiqué une source de sécurité.

Les assaillants, qui portaient la barbe et étaient armés de gourdins et de haches, ont menacé et insulté les clients les qualifiant d'"apostats", ont indiqué des témoins, qui n'étaient pas en mesure de préciser si l'attaque avait fait des victimes parmi les clients ou le personnel du bar qui s'est interposé. Ils ensuite quitté les lieux avant l'arrivée de la police. Des colonnes de fumée se sont répandues dans le centre de Sbeita, située à environ 60 km de son chef lieu, Kasserine, où les forces de sécurité tunisiennes traquent depuis lundi un groupe armé responsable d'une attaque ayant coûté la vie à un gendarme.

L'attaque de Sbeitla est la deuxième du genre depuis celle ayant visé un hôtel à Sidi Bouzid (centre-ouest), en septembre, quand une cinquantaine de salafistes jihadistes ont fait irruption dans un hôtel, chassant les clients du bar de l'établissement en détruisant des quantités de bouteilles d'alcool aux cris de "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand), "al-Charab haram" (l'alcool est pêché). Un groupuscule salafiste avait ensuite revendiqué l'attaque contre l'hôtel dont le bar était le dernier point de vente légal d'alcool à Sidi Bouzid, berceau de la révolte tunisienne en 2010-2011.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.