Cet article date de plus de huit ans.

Tintin au Congo : ni raciste, ni méchant

La justice belge, saisie en appel du cas de la bande-dessinée star d'Hergé, a tranché sur le racisme supposé que véhiculerait l'album sorti pour la première fois en 1931 : non, Tintin au Congo n'est pas raciste.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Définitivement non : Tintin au Congo, la célèbre
bande-dessinée d'Hergé "Tintin au Cong o" n'est ni
raciste, ni méchante, au moins de l'avis de la justice belge, qui a entendu
clore aujourd'hui la polémique en confirmant un jugement rendu en 2011 en
première instance
.

Estimant, contrairement à ce que soutenaient l'association
française Le Cran (Conseil représentatif des associations noires) et Bienvenu
Mbutu Mondondo, qu'il n'y avait dans le chef d'œuvre d'Hergé "aucune
volonté de véhiculer des idées à caractère raciste, vexantes, humiliantes ou
dégradantes à l'égard des Congolais ni d'inciter les lecteurs à la
discrimination et à la haine"
, puisque ce dernier se serait borné à "réaliser
une œuvre de fiction dans le seul but de divertir ses lecteurs"
.

Un humour candide et gentil

La cour relevant par ailleurs qu'il y pratique "un
humour candide et gentil"
. Le Cran et Bienvenu Mbutu, eux, avaient
exigé des éditions Casterman et à la SA Moulinsart de cesser l'exploitation commerciale
de la bande dessinée, entrainant le retrait de la BD star de plusieurs
bibliothèques municipales suisses.

En février 2011, le Cran avait affirmé qu'il ne souhaitait pas interdire l'oeuvre mais vouloir obliger qu'elle soit assortie "d'une préface qui en précise le contexte, et déconstruise les représentations de l'oeuvre" .

L'album, sorti pour la première fois en 1931 puis en 1946
dans sa version couleur, évoque les aventures de Tintin dans l'ex colonie
belge, l'actuelle République démocratique du Congo, en figurant la population
sous des traits grotesques et caricaturaux.

 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.