Le Soudan connaît l'une des "pires crises" humanitaires depuis des décennies, selon Médecins sans frontières

Le conflit qui oppose depuis avril 2023 l'armée aux paramilitaires a fait des dizaines de milliers de morts et provoqué le déplacement de plus de neuf millions de personnes.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Des réfugiés du Darfour (Soudan) sont pris en charge dans un camp au Tchad, en mars 2024. (DAVID ALLIGNON / MAXPPP)

La guerre a plongé le Soudan dans "une des pires crises" humanitaires au monde depuis des décennies, a déclaré jeudi 20 juin Médecins sans frontières. Le conflit qui oppose depuis avril 2023 l'armée régulière, dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhane, aux paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) de son ex-adjoint, le général Mohamed Hamdane Daglo, a fait des dizaines de milliers de morts et provoqué le déplacement de plus de neuf millions de personnes, selon l'ONU, dans ce pays du nord-est de l'Afrique. "La réponse humanitaire est profondément inadéquate", a ajouté sur X le président international de MSF, Christos Christou. "Il y a des niveaux extrêmes de souffrance à travers le pays et les besoins grandissent de jour en jour", a-t-il ajouté.

L'accès des organisations humanitaires au Soudan est "insuffisant" et une partie de la population risque de "mourir de faim", a averti le Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi.

Depuis début mai, les combats sont particulièrement violents à El-Facher, la capitale de l'Etat du Darfour-Nord, seule grande ville de cette région de l'ouest du Soudan à échapper au contrôle des paramilitaires. Afin de s'emparer de la ville, les FSR l'ont assiégée, piégeant des centaines de milliers de civils. Mercredi 19 juin, des bombardements d'artillerie lancés par les FSR ont notamment "fait 14 morts et 25 blessés", a affirmé jeudi le comité d'urgence du camp de déplacés d'Abou Shouk, près d'El-Facher, un des nombreux groupes de défense de la démocratie qui organisent l'entraide au Soudan. Le comité de résistance de Kutum, à 70 kilomètres au nord d'El-Facher, a annoncé que quatre civils avaient été tués dans une frappe aérienne de l'armée, le même jour.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.