Cet article date de plus d'un an.

Affrontements au Soudan : des suspects de crimes contre l'Humanité se sont évadés de la prison de Kober à Khartoum

L'ancien dictateur Omar el-Béchir est également incarcéré dans le centre de détention. Il se trouve toujours "sous la garde de la police judiciaire", a précisé l'armée.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
La prison de Kober à Khartoum (Soudan), le 17 avril 2019. (AFP)

Ahmed Haroun, ancien responsable de la dictature au Soudan et soupçonné de crimes contre l'Humanité, s'est évadé de prison en compagnie d'ex-collaborateurs à Khartoum, mardi 25 avril. Une évasion qui intervient alors que les affrontements ont continué dans la capitale, malgré le cessez-le-feu de 72 heures qui doit prendre fin jeudi soir.

Profitant d'une situation chaotique, Ahmed Haroun, personnage important du régime du dictateur Omar el-Béchir, a fait une allocution diffusée sur une chaîne de télévision soudanaise. "Nous sommes restés en détention à Kober pendant neuf jours (...) et nous avons désormais la responsabilité de notre protection" dans un autre lieu, a-t-il déclaré.

L'ancien dictateur Omar el-Béchir toujours incarcéré

Omar el-Béchir, qui était également détenu dans la prison de Kober, a été transféré dans un hôpital avant le début des combats. Il s'y trouvait toujours mercredi, "sous la garde de la police judiciaire", a précisé l'armée. L'ex-dictateur est recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l'Humanité au Darfour, dans l'ouest du Soudan, comme Ahmed Haroun.

Le bureau du procureur de la CPI a indiqué suivre de près les événements, observant que les informations sur les personnes incarcérées à Kober n'avaient pas été "confirmées de manière indépendante".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.