Les vœux de paix du pape et de l'archevêque de Canterbury adressés au Soudan du Sud

Ils ont souligné, mercredi, qu'ils s'employaient à une "rapide mise en œuvre des accords de paix" dans le pays, signés en septembre 2018. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Depuis la basilique Saint-Pierre de Rome, le pape s'est adressé aux fidèles le 24 décembre 2019, avant le traditionnel discours "Urbi et Orbi" de Noël.  (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Le pape François et l'archevêque de Canterbury, Justin Welby, ont une nouvelle fois encouragé, mercredi 25 décembre, les difficiles pourparlers de paix sud-soudanais, au lendemain de leur ajournement jusqu'à début janvier.

"Dans cette période de Noël et au début d'une nouvelle année, nous souhaitons vous adresser à vous et à tout le peuple du Soudan du Sud nos meilleurs voeux de paix et de prospérité", écrivent-ils aux leaders politiques du pays dans un message conjoint publié par le Vatican.

Ils ont en outre souligné leur "proximité spirituelle" avec les rivaux sud-soudanais "alors qu'ils s'emploient à une rapide mise en œuvre des accords de paix", dans ces vœux également signés par le révérend John Chalmers, l'ex-modérateur de l'Assemblée générale de l'Eglise d'Ecosse. Les leaders religieux ont indiqué prier pour "un engagement renouvelé sur le chemin de la réconciliation et la fraternité" et espéré voir "s'accomplir" leur souhait de se rendre au Soudan.

Des pourparlers de paix entamés le 11 décembre 

Le 13 novembre dernier, le pape François et Justin Welby, chef de l'Eglise anglicane, avaient annoncé qu'ils se rendraient ensemble au Soudan du Sud, si un gouvernement d'union nationale permet de garantir la paix d'ici la mi-février 2020. Dans leur message de Noël, il n'évoquent toutefois plus de date butoir.

Les pourparlers de paix sud-soudanais, qui se déroulaient à Juba depuis le 11 décembre, ont été ajournés mardi et doivent reprendre début janvier. Ils portent sur la difficile mise en œuvre d'un accord de paix signé en septembre 2018 entre le président Salva Kiir et son ex-vice-président Riek Machar. 

Depuis cet accord, les combats ont fortement diminué au Soudan du Sud, mais Salva Kiir et Riek Machar ne parviennent pas à concrétiser certaines dispositions cruciales de l'accord. Dans ce contexte, la formation d'un gouvernement d'union nationale, initialement prévue en mai, a été reportée à deux reprises et est désormais fixée à fin février 2020.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.