La Somalie vit une "soirée historique" avec la première séance de cinéma en 30 ans

Si Mogadiscio possédait de nombreux cinémas à son âge d'or, toutes leurs portes se sont refermées avec l'éclatement de la guerre civile en 1991.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une séance de cinéma à Mogadiscio (Somalie), le 22 septembre 2021. (ABDIRAHMAN YUSUF / AFP)

Les habitants de Mogadiscio (Somalie) ont renoué mercredi 22 septembre soir avec le monde du cinéma grâce à la première projection de films depuis 30 ans. L'événement culturel a été organisé sous haute sécurité dans la très instable capitale somalienne. Des films somaliens y ont été pour la première fois projetés : deux court-métrages du réalisateur IBrahim CM, Hoos et Date from Hell. Le ticket d'entrée était d'environ 8,50 euros, un prix élevé pour beaucoup d'habitants de la ville.

Les participants ont du passer plusieurs contrôles de sécurité avant d'atteindre le théâtre, situé dans une zone hautement sécurisée de la ville, où se trouvent notamment le palais présidentiel et le parlement. Si la capitale possédait de nombreux cinémas à son âge d'or, toutes leurs portes se sont refermées avec l'éclatement de la guerre civile en 1991.

Le théâtre national détruit en 2012

L'histoire du théâtre national de Somalie, offert par le dirigeant chinois Mao Zedong en 1967, témoigne des décennies tumultueuses traversées par ce pays de la Corne de l'Afrique. Le lieu, qui accueillait la projection à l'occasion de sa réouverture, a par le passé connu des attentats-suicide et servi de base à des chefs de guerre.

Tombé en désuétude, le théâtre national a rouvert en 2012, mais il fut détruit deux semaines plus tard par les shebab, milice islamiste liée à Al-Qaïda qui mène régulièrement des attaques dans la capitale. Après une restauration minutieuse, sa réouverture rappelle à beaucoup des jours plus heureux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Somalie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.