LA PHOTO. Somalie: sécheresse, famine et choléra

La sécheresse sévit en Somalie depuis un an. Le choléra se propage à grande vitesse et la famine menace. 6 millions de personnes devront être secourues avant l’été 2017…

région sécessionniste qui a proclamé son indépendance en 1991 mais n’a pas été reconnue par les Nations Unies, sont les plus touchés par la sécheresse. 70% du bétail est mort. Près de 400.000 enfants souffrent de malnutrition aiguë. Six millions risquent d’en mourir. Les rivières sont à sec, les gens boivent de l\'eau fétide et le choléra se propage à grande vitesse. Habituellement, 5.000 cas sont répertoriés par an. Mais le chiffre a triplé en 2016 et a bondi à 18.000 depuis le début de l’année 2017. Une campagne de vaccination a démarré en mars, alors que les conflits armés et le manque de personnel sanitaire freinent l’aide humanitaire. Les besoins s’élèvent à près de 900 millions de dollars. Le Soudan du Sud, l’Ethiopie, le Kenya et le Nigeria sont également menacés.
région sécessionniste qui a proclamé son indépendance en 1991 mais n’a pas été reconnue par les Nations Unies, sont les plus touchés par la sécheresse. 70% du bétail est mort. Près de 400.000 enfants souffrent de malnutrition aiguë. Six millions risquent d’en mourir. Les rivières sont à sec, les gens boivent de l'eau fétide et le choléra se propage à grande vitesse. Habituellement, 5.000 cas sont répertoriés par an. Mais le chiffre a triplé en 2016 et a bondi à 18.000 depuis le début de l’année 2017. Une campagne de vaccination a démarré en mars, alors que les conflits armés et le manque de personnel sanitaire freinent l’aide humanitaire. Les besoins s’élèvent à près de 900 millions de dollars. Le Soudan du Sud, l’Ethiopie, le Kenya et le Nigeria sont également menacés. (Zohra Bensemra / REUTERS )
Le nord de la Somalie et le Somaliland, région sécessionniste qui a proclamé son indépendance en 1991 mais n’a pas été reconnue par les Nations Unies, sont les plus touchés par la sécheresse. 70% du bétail est mort. Près de 400.000 enfants souffrent de malnutrition aiguë. Six millions risquent d’en mourir. Les rivières sont à sec, les gens boivent de l'eau fétide et le choléra se propage à grande vitesse. Habituellement, 5.000 cas sont répertoriés par an. Mais le chiffre a triplé en 2016 et a bondi à 18.000 depuis le début de l’année 2017. Une campagne de vaccination a démarré en mars, alors que les conflits armés et le manque de personnel sanitaire freinent l’aide humanitaire. Les besoins s’élèvent à près de 900 millions de dollars. Le Soudan du Sud, l’Ethiopie, le Kenya et le Nigeria sont également menacés.