République démocratique du Congo : les Jeux de la Francophonie à tout prix ?

La 9e édition des Jeux de la Francophonie aura lieu dans la capitale congolaise Kinshasa, du 23 juillet au 1er août 2021. Un défi pour ce pays pas tout à fait prêt.

Affiche des IXe Jeux de la Francophonie de 2021
Affiche des IXe Jeux de la Francophonie de 2021 (Capture d'écran)

Après Abidjan en 2017, c’est Kinshasa qui accueillera les Jeux de la Francophonie en 2021, une manifestation à la fois sportive et culturelle pour les jeunes francophones de 18 à 35 ans. Depuis le retrait de la province canadienne du Nouveau-Brunswick, la RDC était seule en lice pour les organiser.

Trop cher pour le Canada

La province canadienne avait tous les atouts pour organiser l'événement. L’édition 2021 devait avoir lieu dans un pays du "Nord", conformément au principe d’alternance. Mais c’est le coût de l’organisation qui a été dissuasif. Après une première estimation évaluée à 10 millions d’euros, le coût revu à la hausse par le comité organisateur dépasse les 60 millions d’euros. Le gouvernement fédéral canadien, qui était d’accord pour financer une partie de ces Jeux, a refusé de mettre une nouvelle fois la main à la poche.

A deux ans de la tenue des Jeux de la Francophonie, la candidature de la RDC, un pays qui ne dispose pas suffisamment d’infrastructures sportives et hôtelières adéquates, semble un défi difficile à releverIsidore Kwandja Ngembo, politologue La Tribune

La RDC à l’improviste

Après le désistement du Nouveau-Brunswick, l’appel à candidature a été renouvelé et les postulants ne se sont pas bousculés. La RDC a présenté un dossier et obtenu "un avis favorable". Mais pour certains observateurs qui connaissent bien le Congo, cette candidature semble précipitée. "C’est une lourde responsabilité qui nécessite une préparation minutieuse (…). Il faut des moyens financiers conséquents, des infrastructures sportives et hôtelières, et bien évidemment le soutien populaire du pays organisateur", souligne le politologue Isidore Kwandja Ngembo dans La Tribune.

A quel prix ?

Village des Jeux, installations sportives, sites culturels, cérémonies… Tout cela a un coût et le lancement de plusieurs chantiers à la fois risque d’être très onéreux pour la RDC. Une note de plusieurs dizaines de millions de dollars pourrait être malvenue dans un pays où la grande majorité des habitants vit avec moins de deux dollars par jour. Mais en 2005, le Niger, l’un des pays les plus pauvres au monde, avait relevé le défi d’accueillir les Jeux de la Francophonie et le bilan s'est révélé positif, selon l’organisation internationale de la Francophonie, qui parle d’un "apport inestimable" pour le pays en matière de développement.

La dernière édition, qui s’est tenue à Abidjan en 2017, a réuni près de 3500 participants dont 2500 athlètes et artistes venus d’une cinquantaine de pays.