Maroc : non, il n’y a aucun cas de Coronavirus à Fès, affirment les autorités

Une vidéo montrant un restaurant chinois, où un cas de Coronavirus se serait déclaré, est devenue virale en quelques heures et a créé la panique dans la ville marocaine.

Vue générale de la médina de Fès, le 22 février 2009. 
Vue générale de la médina de Fès, le 22 février 2009.  (MANUEL COHEN / MANUEL COHEN)

"Coronavirus : Grosse panique après une fausse alerte à Fès", titre L’Economiste. Il a suffi d’une vidéo (en arabe, ci-dessous) signalant un cas de coronavirus d’un ressortissant chinois à Fès pour que les réseaux sociaux s’emballent. La rumeur s’est propagée, affirmant même que le présumé malade serait décédé.

"En réalité, le gérant d'un restaurant chinois de la ville avait sollicité l'intervention des services sanitaires après avoir soupçonné qu'un client soit atteint du coronavirus. Finalement, le client souffrait d'une simple grippe", affirme le site 360.ma. Le propriétaire du restaurant La Grande muraille envisage de porter plainte contre la personne qui a filmé et posté la vidéo, interprétant la présence d’une ambulance sur les lieux, comme le premier cas de coronavirus à Fès. Les autorités sanitaires ont apporté un démenti formel, appelant à ne pas céder à la panique.

Rapatriement

Le roi Mohammed VI a ordonné le rapatriement de la centaine de ressortissants marocains, dont la grande majorité sont des étudiants, bloqués en Chine dans la région de Wuhan suite à l’épidémie du coronavirus. Un Boeing de la Royal Air Maroc (RAM) va les récupérer vendredi 31 janvier à l’aéroport international de Wuhan. Le Maroc a, par ailleurs, renforcé le dispositif de contrôles sanitaires dans ses ports et aéroports.

Annulations de voyages de touristes chinois

Autre conséquence de cette épidémie, le secteur du tourisme touché de plein fouet. "Ainsi, depuis mardi 28 janvier, 16 groupes de touristes chinois ont déjà annulé leur arrivée au Maroc", observe Medias24.

Le royaume chérifien comptait sur cette clientèle pour booster son secteur. "En effet, si le Maroc frôle les 150 000 arrivées chinoises en 2019, il comptait durant l’année 2020 drainer un volume additionnel d’arrivées, grâce notamment aux 100 000 nouveaux sièges aériens apportés par la nouvelle ligne directe Casablanca-Pékin, créée tout récemment (16 janvier) par la RAM. Une ambition qui sera difficile à concrétiser avec la concomitance de l’apparition du coronavirus en Chine", se désole Médias24.