LA PHOTO. Les combats entre milices font fuir la population civile de Tripoli

Les affrontements entre milices s'intensifient dans le sud de la capitale libyenne. Ces accrochages, qui ont fait 115 morts en un mois, opposent les différents camps qui se disputent le pouvoir depuis la chute du colonel Kadhafi. Ces combats ont forcé 1.200 familles à quitter leurs maisons, portant le nombre total de déplacés à plus de 25.000, dont de nombreux enfants s'inquiète l'Unicef.

Depuis le 27 août, les combats ont fait au moins 115 morts et près de 400 blessés, d\'après un bilan établi par le ministère libyen de la Santé, et poussent les civils à quitter leurs maisons. «Plus d\'un demi-million d\'enfants sont en danger immédiat» dans la capitale, estime l\'Unicef dans un communiqué, ajoutant qu\'ils sont «2,6 millions à avoir besoin d\'aide à travers le pays». Selon le directeur régional de l\'Unicef, Geert Cappelaere, de plus en plus d\'adolescents sont recrutés par les groupes armés.
Depuis le 27 août, les combats ont fait au moins 115 morts et près de 400 blessés, d'après un bilan établi par le ministère libyen de la Santé, et poussent les civils à quitter leurs maisons. «Plus d'un demi-million d'enfants sont en danger immédiat» dans la capitale, estime l'Unicef dans un communiqué, ajoutant qu'ils sont «2,6 millions à avoir besoin d'aide à travers le pays». Selon le directeur régional de l'Unicef, Geert Cappelaere, de plus en plus d'adolescents sont recrutés par les groupes armés. (MAHMUD TURKIA / AFP)
Un mois après avoir signé un cessez-le-feu, les combats ont repris à Tripoli. Depuis le 27 août, les combats ont fait au moins 115 morts et près de 400 blessés, d'après un bilan établi par le ministère libyen de la Santé, et poussent les civils à quitter leurs maisons. «Plus d'un demi-million d'enfants sont en danger immédiat» dans la capitale, estime l'Unicef dans un communiqué, ajoutant qu'ils sont «2,6 millions à avoir besoin d'aide à travers le pays». Selon le directeur régional de l'Unicef, Geert Cappelaere, de plus en plus d'adolescents sont recrutés par les groupes armés.