L'Afrique du Sud inaugure la première unité de fabrication du vaccin anti-Covid du continent

Le projet est financé par un milliardaire américain, Patrick Soon-Shiong, qui entend y produire des vaccins de deuxième génération avec la technique de l'ARN messager.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Vue générale des locaux de la société NantSA au Cap, en Afrique du Sud, le 19 janvier 2022. (GIANLUIGI GUERCIA / POOL)

L'Afrique du Sud comptait déjà deux sites d’assemblage et de conditionnement de vaccins anti-Covid. Le groupe Aspen y conditionne déjà des vaccins Johnson & Johnson. Et d’ici quelques semaines, l'institut Biovac au Cap doit commencer à assembler le vaccin Pfizer-BioNTech. Le nouveau venu a plus d’ambition encore. Cette fois, il s’agit de fabriquer sur place le vaccin contre le Covid de A à Z. L'usine inaugurée mercredi 19 janvier au Cap a été financée par le milliardaire des biotechnologies Patrick Soon-Shiong. L'homme d’affaires américain est né en Afrique du Sud de parents chinois. Il a fait une partie de ses études à la prestigieuse université de Witwatersrand à Johannesburg dont il est diplômé en médecine. Biologiste, il a fait fortune en mettant au point l’Abraxane, un médicament anti-cancéreux.

Projet ambitieux

Le docteur Soon-Shiong a levé plus de 57 millions d'euros pour le lancement du projet. Environ 172 millions supplémentaires seront nécessaires pour le mener à bien, a-t-il déclaré lors de l'inauguration. L'objectif est d’atteindre une production d’un milliard de doses de vaccins à l’horizon 2025. Grâce au transfert de la technologie à ARN messager, maîtrisée par son entreprise Nantworks, Patrick Soon-Shiong entend développer en Afrique du Sud des vaccins de deuxième génération, afin de remédier à la perte d’efficacité dans le temps et à l’apparition de variants.

(Traduction : "Cyril Ramaphosa, le président de l'Afrique du Sud, a inauguré une usine de fabrication de vaccins dans la ville du Cap. L'objectif du milliardaire Patrick Soon-Shiong est de produire de A à Z des vaccins contre le Covid-19.")

Des instituts de recherche sud-africains et quatre universités locales seront associés aux travaux. L'espoir est également de mettre au point d’autres vaccins pour d’autres maladies avec cette technique de l’ARN messager.

Message politique

L’inauguration de l'usine du Cap a aussi une portée plus politique qui tient à cœur tant à Patrick Soon-Shiong qu’à Cyril Ramaphosa, le président sud-africain qui co-présidait l’inauguration. L'objectif est de produire "un vaccin de deuxième génération et nous voulons le fabriquer en Afrique, pour l'Afrique, et l'exporter dans le monde entier", a déclaré l’homme d’affaires.

Pour Cyril Ramaphosa, c’est en quelque sorte une revanche. "L'Afrique ne doit plus être la dernière à accéder aux vaccins en cas de pandémie. L'Afrique ne doit plus mendier et supplier les pays occidentaux pour des vaccins." Et de poursuivre : "Nous allons nous débrouiller seuls, (...) libérés des chaînes du colonialisme." Rappelons qu’à peine 10% de la population du continent africain est entièrement vaccinée contre 70% en Europe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.