Madagascar : ce que l'on sait de la famine qui ravage la Grande Ile

Le pays est en proie à une grave crise alimentaire en raison de conditions climatiques difficiles. Alors qu'ils font face à la pire sécheresse depuis 40 ans, de nombreux habitants sont réduits à se nourrir de cuir pour tenter de survivre. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Un membre d'Action contre la faim mesure le bras d'un enfant pour détecter une possible malnutrition, àItofaka (Madagascar), le 14 décembre 2018. (RIJASOLO / AFP)

Un demi-million. C'est le nombre d'enfants âgés de moins de 5 ans qui vont souffrir de malnutrition à Madagascar, surtout dans le sud du pays, alertent le Programme alimentaire mondial (PAM) et l'Unicef dans un communiqué commun (en anglais) publié lundi 26 juillet. Franceinfo revient sur ce que l'on sait de cette catastrophe humanitaire qui touche la Grande Ile.

Une situation climatique alarmante

La principale cause de la famine et des problèmes alimentaires qui touchent Madagascar est liée aux conditions climatiques locales. La rareté des pluies depuis quatre ans a rendu l'agriculture presque impossible. De plus, des tempêtes de sable ont transformé de vastes étendues de terres exploitables en friches. Ces ravages, liés au réchauffement climatique selon l'ONU, engendrent la pire sécheresse depuis 40 ans, déplore Amnesty International.

"Trois années consécutives de sécheresse ont gravement mis à mal les récoltes et l’accès à la nourriture, dans un contexte aujourd’hui marqué par la pandémie de Covid-19", souligne également l'organisation Médecins sans frontières, qui intervient dans le pays.

Madagascar : des centaines de réfugiés affamés à cause de la sécheresse et du réchauffement climatique
franceinfo

franceinfo

"Des chutes drastiques de production de l'ordre de 40 à 60% par rapport à la moyenne des cinq dernières années" ont touché les cultures principales de l'île comme le riz, le maïs ou le manioc, rappelait le 30 avril l'Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Le prix de ces produits a par ailleurs subi une forte inflation depuis 2020, note la même source.

L'ONU estime les besoins à 67 millions d'euros pour la prochaine période de soudure, dès octobre. Plusieurs ONG distribuent, avec le soutien du gouvernement, des centaines de tonnes de nourriture et de compléments nutritionnels depuis des mois, mais cela ne suffit pas. 

Plus d'un million de Malgaches touchés

Selon les chiffres de l'ONU, plus de 1,14 million de Malgaches souffrent de la faim. Le nombre d'enfants concernés est en constante augmentation. Le PAM et l'Unicef ont tiré la sonnette d'alarme lundi : les enfants souffrant de malnutrition aiguë vont être quatre fois plus nombreux, par rapport à la précédente évaluation d'octobre 2020, avec des conséquences "irréversibles pour leur croissance et développement"

Plus grave encore, 14 000 Malgaches ont atteint le niveau maximal (sur une échelle de 5), soit la phase "catastrophe, quand les gens n'ont plus rien à manger", explique Moumini Ouedraogo, responsable du PAM sur l'île. Ce chiffre pourrait doubler d'ici au mois d'octobre, avertit l'agence humanitaire de lutte contre la faim dans le monde.

"Ce qui se passe actuellement dans le sud de Madagascar est déchirant, nous ne pouvons pas tourner le dos à ces enfants", a insisté Moumini Ouedraogo, qui appelle à "redoubler d'efforts" pour lever les fonds nécessaires. La région la plus durement touchée, autour d'Ambovombe-Androy, où la malnutrition aiguë globale atteint 27% de la population, "risque de connaître la famine si des mesures urgentes ne sont pas prises", souligne le PAM dans son communiqué. Impossible pour autant de donner un bilan chiffré du nombre de victimes, les autorités ne communiquant pas sur le sujet. 

Des enfants obligés de manger du cuir

Quand la mendicité et les déchets alimentaires ne suffisent plus, de nombreux habitants sont réduits à se nourrir de chutes de cuir données par des fabricants de sandales. Pour le ramollir, le cuir est bouilli avec un peu de sel ou simplement grillé, comme en témoigne ce reportage de France 2, diffusé le 29 juin, qui montre l'ampleur de la souffrance de ces enfants.

Madagascar : une famine causée par le réchauffement climatique
FRANCE 2

FRANCE 2

Inadaptée, cette nourriture de fortune rend souvent malades ceux qui la mangent, et empêche parfois ses jeunes consommateurs d'aller à l'école, rapporte Amnesty International. Au total, l'ONG estime qu'en 2020, ce sont "environ 27 100 enfants qui souffraient de malnutrition grave" et qui ont eu besoin de soins médicaux.

Le manque d'infrastructures en cause

Particulièrement grave cette année, le phénomène de famine n'est pas nouveau à Madagascar. La Grande Ile a connu au moins 16 crises alimentaires depuis 1896. Au-delà des conditions climatiques qui mettent l'agriculture en difficulté, c'est aussi l'isolement de nombreux villages du sud du pays qui aggrave la situation. Certains hameaux sont à "un jour de marche" du centre de santé le plus proche, dénonce notamment Médecins du monde. Un grand plan de "141 projets d'envergure" a été présenté par le président de la République, Andry Rajoelina, et comprend notamment des travaux dans les secteurs de l'agriculture et de l'accès à l'eau.

Il a également annoncé sur Twitter le 21 juillet la signature de quatre accords avec la Banque mondiale. Parmi les fonds alloués à l'île, près de 170 millions d'euros sont dédiés au développement des infrastructures routières pour sortir les villages de l'enclavement. Dans un premier temps, les populations pourront ainsi accéder plus facilement à l'aide internationale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Famine en Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.