Coronavirus : le Maroc ferme toutes les mosquées, cafés et restaurants

Les autorités marocaines ont annoncé la fermeture "jusqu'à nouvel ordre" des cafés, restaurants, salles de théâtre et de cinéma, mais aussi des mosquées.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Mosquée Koutoubia, Marrakech, le 2 mars 2020. (AGLILEO COLLECTION / AGLILEO)

Ces dispositions, qui sont entrées en vigueur le 16 mars 2020 à 18h (17h GMT), concernent aussi les "salles de sport, hammams, salles de jeux et terrains de proximité", précise le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. Elles ne "concernent pas les souks, les commerces et les locaux de vente de produits et matières de première nécessité ainsi que les restaurants qui livrent à domicile".

Le Conseil supérieur des oulémas, une institution officielle chargée d'appuyer la politique religieuse musulmane du royaume, a pour sa part émis une fatwa (avis religieux) pour la fermeture des mosquées pour les "cinq prières quotidiennes et celle du vendredi", à compter du 16 mars.

Les prières reprondront "dès que les autorités compétentes auront décidé que la situation sanitaire est normalisée", ajoute le Conseil dans un communiqué. Les autorités ont également annoncé des restrictions et des opérations de désinfection dans les transports publics "plusieurs fois par jour".

Le Maroc se ferme

Le Maroc a suspendu le 15 mars tous les vols internationaux "jusqu'à nouvel ordre", mais des avions spéciaux ont été autorisés pour rapatrier les touristes européens bloqués dans le royaume.

Nombre de touristes restent toujours bloqués dans ce pays qui a accueilli 13 millions de visiteurs en 2019. "Les Français sont en train de partir, mais il reste les Américains et les Anglais, entre autres", a déclaré à l'AFP un responsable du tourisme à Marrakech, la destination phare du royaume.

Impacts économiques

Alors que l'Europe est devenue l'épicentre de la pandémie, le Maroc demeure relativement épargné même si, d'après un nouveau bilan officiel, les cas détectés ont triplé en trois jours, passant à 37 le 17 mars, dont un décès.

L'impact sur le tourisme, secteur vital, commence à se faire sentir, notamment à Marrakech : "La vie nocturne, qui représente les trois quarts du chiffre d'affaires lié au tourisme à Marrakech, est à l'arrêt depuis vendredi (13 mars)", a confié le responsable du tourisme interrogé par l'AFP.

Les établissements scolaires et les universités ont été fermés, tous les événements culturels et sportifs annulés et les rassemblements publics de plus de 50 personnes sont interdits.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.