Cinq choses à connaître sur la CAN, compétition de football qui se joue en Afrique

Ce tournoi de foot qui a lieu tous les deux ans en Afrique est suivi avec une grande ferveur. 

Des supporters de l\'équipe nationale ivoirienne lors d\'un match au Caire contre l\'Afrique du Sud le 24 juin 2019.
Des supporters de l'équipe nationale ivoirienne lors d'un match au Caire contre l'Afrique du Sud le 24 juin 2019. (MOHAMED ABD EL GHANY / X02738)

Des millions de spectateurs suivent la CAN, la Coupe d’Afrique des nations qui a lieu cette année en Egypte. Sur place, à la télévision et parfois même à la radio, les fans ne ratent aucun match et espèrent tous voir leur équipe gagner le trophée le 19 juillet 2019. Petit rappel en 5 points. 

 

1La troisième compétition mondiale

La CAN est l’une des plus importantes compétitions de football. Elle arrive juste après la Coupe du Monde et le Championnat d’Europe en termes d’audience télévisuelle. La première édition de la Coupe d’Afrique des nations a eu lieu en 1957 au Soudan avec la participation de trois pays seulement : l’Egypte, le Soudan et l'Ethiopie. L'Afrique du Sud avait été disqualifiée après avoir refusé de présenter une équipe multiraciale et c’est l’Egypte qui avait remporté la toute première Coupe. Le tournoi qui se joue tous les deux ans regroupe désormais 24 pays au terme d'une phase de qualification.

2Eléphants, Lions et Fennecs

Les équipes africaines se distinguent par leurs surnoms, souvent inspirés du monde animal. Et dans le monde du football africain, comme dans la réalité, les lions sont rois. Attention à ne pas confondre Les Lions de l’Atlas (Maroc), les Lions du Sénégal et… les Lions indomptables du Cameroun. Les Aigles ont eux aussi la cote et sont le totem de la Tunisie, du Mali et du Nigeria, mais pour cette équipe c’est avec un superlatif et c’est à prononcer en anglais (Super Eagles). La liste des animaux est longue et l'on retrouve les Léopards (RDC), les Eléphants (Côte d’Ivoire) et du plus petit gabarit avec les Fennecs (Algérie)… Tout ce beau monde joue cette année en Egypte chez les... Pharaons.

3 Supporters et ambianceurs

Si les équipes africaines manquent souvent de moyens et d’infrastructures, elles peuvent toutefois compter sur un public très très enthousiaste. En Côte d’Ivoire, par exemple, les Eléphants sont soutenus par un Comité national de supporters qui dépend du ministère des Sports. Plus de 150 animateurs et surtout animatrices s’entraînent pendant des semaines pour assurer le show dans les tribunes. Les fans ivoiriens se qualifient eux-mêmes de "supporters maso" (masochistes), des inconditionnels prêts à souffrir quand leur équipe est malmenée. A part la danse, le djembé et la fameuse vuvuzela, certains fans n'hésitent pas à recourir à des gris-gris pour porter bonheur à leur équipe.

4Pour la première fois en été 

La plus importante compétition sportive d'Afrique se déroule pour la première fois en été avec des températures qui frôlent parfois les 40 degrés. La CAN se jouait habituellement en hiver, mais la Confédération africaine de football (CAF) a récemment décidé de changer le calendrier pour permettre aux joueurs africains en clubs à l’étranger de pouvoir y participer. Plusieurs stars des championnats européens jouent désormais avec leur équipe nationale. Les plus connus sont l'Egyptien Mohamed Salah et le Sénégalais Sadio Mane qui évoluent au club de Liverpool en Angleterre. 

5"Tut", la mascotte

Comme à chaque grande compétition sportive, il y a une mascotte. Et au pays des pharaons, le porte-bonheur de la compétition n’est autre que "Tut", une réplique du mythique Toutankhamon (Tutankhamon en anglais). Selon sa carte d’identité, le petit roi, symbole de la CAN 2019, est Egyptien, il a 12 ans, et aime le football de rue. En baskets et maillot rouge, "Tut"  garde sa coiffe ceinte d'une couronne en forme de cobra qui symbolise la puissance des pharaons de l’Egypte antique.