Ce que l’on sait sur la disparition de Diary Sow, étudiante sénégalaise à Paris

Brillante élève en classe préparatoire à Louis-le-Grand, la jeune femme n'a pas donné signe de vie depuis la reprise des cours le 4 janvier.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Diary Sow lors d'une visite à Dakar, le 7 août 2020. (AFP / SENEGALESE PRESIDENCY)

Diary Sow, une étudiante sénégalaise de 20 ans, en classe préparatoire à Paris, est portée disparue depuis le 4 janvier 2021. Une enquête pour "disparition inquiétante" a été ouverte par le parquet de Paris et confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP). Voici ce que l’on sait de cette affaire : 

Sa disparition signalée sur les réseaux sociaux

Tout commence par des messages sur les réseaux sociaux signalant la disparition de Diary Sow, une jeune étudiante sénégalaise à Paris. L’information est confirmée le vendredi 8 janvier à partir de Dakar par l’agence de presse sénégalaise APS qui cite un communiqué publié au nom de la famille par le ministre sénégalais Serigne Mbaye Thiam, considéré comme le parrain de la jeune femme. Le texte précise que la police française a été "informée".

Les services consulaires alertés au retour des vacances

L’étudiante en deuxième année de classe préparatoire scientifique au lycée Louis-le-Grand n'a pas repris les cours depuis le retour des vacances de Noël, le 4 janvier dernier. C'est d’ailleurs suite à cette absence injustifiée que le lycée a alerté les services consulaires, comme le précise à RFI l’ambassadeur du Sénégal à Paris. "Les autorités académiques se sont inquiétées de son absence après deux jours. Une élève brillante que l’on ne voit pas après deux jours, vous vous inquiétez", précise El Hadji Magatte Sèye.

Depuis, un membre de l'ambassade du Sénégal a porté plainte, ce qui a permis l'ouverture d’une enquête pour "disparition inquiétante" d'une personne adulte. Le consulat a également publié un avis de recherche sur les réseaux sociaux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.