Cet article date de plus d'un an.

Algérie : Khaled Drareni, symbole de la liberté de la presse, va être rejugé

Incarcéré en mars 2020, le journaliste indépendant de 40 ans a bénéficié d'une mesure de grâce présidentielle en février 2021 en faveur de détenus du mouvement pro-démocratie du Hirak. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le journaliste algérien Khaled Drareni après sa libération de la prison de Kolea, le 19 février 2021. (RYAD KRAMDI / AFP)

Devenu symbole du combat pour la liberté de la presse en Algérie, le journaliste Khaled Drareni, condamné à une lourde peine de prison, sera rejugé après que la Cour suprême a accepté jeudi 25 mars le pourvoi en cassation présenté par ses avocats. "La Cour suprême annule la décision. Le pourvoi (en cassation) de la défense a été accepté, donc Khaled Drareni sera rejugé", a indiqué à l'AFP un de ses avocats, Me Abdelghani Badi. "J'espère que lors de ce nouveau procès, il n'y aura pas de pressions sur la justice, comme cela a été le cas auparavant", a ajouté Me Badi. Lors du procès, en septembre, le collectif des avocats de Khaled Drareni avait fustigé "la pression (du pouvoir exécutif) sur les juges qui sont mis sous influence".

Liberté provisoire

Incarcéré en mars 2020, le journaliste indépendant de 40 ans a bénéficié d'une mesure de grâce présidentielle en février 2021 en faveur de détenus du mouvement pro-démocratie du Hirak. Il est depuis en liberté provisoire. Le directeur du site d'information Casbah Tribune, et correspondant en Algérie pour la chaîne francophone TV5 Monde et pour Reporters sans frontières (RSF), avait été condamné le 15 septembre à deux ans de prison ferme pour "incitation à attroupement non armé" et "atteinte à l'unité nationale". Un verdict d'une sévérité sans précédent à l'encontre d'un journaliste, ce qui a indigné ses confrères et suscité une campagne de soutien bien au-delà des frontières de l'Algérie.

Khaled Drareni avait été arrêté à Alger le 7 mars 2020 alors qu'il couvrait une manifestation du Hirak, le soulèvement populaire qui secoue l'Algérie depuis plus de deux ans.

Liberté de la presse

Son cas est devenu emblématique du combat pour la liberté de presse et d'expression en Algérie, mise à mal par une série de condamnations et un arsenal juridique très restrictif pour la presse en ligne et les réseaux sociaux. Khaled Drareni s'est fait connaître en Algérie en tant que présentateur sur les chaînes privées Dzair TV et Echourouk TV, mais aussi pour son activité sur les réseaux sociaux, où il a partagé photos, slogans et déclarations en direct des défilés du Hirak. Sitôt libéré, il a repris ses activités de journaliste auprès de Casbah Tribune et de la chaîne française TV5Monde.

Malgré la libération récente d'une quarantaine de détenus d'opinion, une trentaine de personnes sont toujours en prison pour des faits liés au Hirak et/ou aux libertés individuelles, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), une association de soutien. L'Algérie figure à la 146e place (sur 180) du classement mondial de la liberté de la presse 2020 établi par RSF. Elle a perdu 27 places en cinq ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.