Afrique du Sud : 1 700 touristes bloqués depuis 4 jours dans le port du Cap

Les bateaux de croisière n'auront plus l'autorisation d'accoster dans les ports d'Afrique du Sud, afin de réduire les risques de contagion et de propagation du Covid-19.

1 700 personnes, dont un grand nombre de touristes allemands, sont bloquées depuis le 15 mars 2020 sur le bateau de croisière \"AIDAmira\", dans le port du Cap. Photo prise le 18 mars 2020.
1 700 personnes, dont un grand nombre de touristes allemands, sont bloquées depuis le 15 mars 2020 sur le bateau de croisière "AIDAmira", dans le port du Cap. Photo prise le 18 mars 2020. (RODGER BOSCH / AFP)

L'Afrique du Sud se barricade chaque jour un peu plus contre le coronavirus. 1 700 touristes sont bloqués depuis le 15 mars 2020 sur le bateau de croisière AIDAmira, dans le port de la ville du Cap. Depuis le 18 mars, les frontières terrestres et maritimes du pays sont fermées. Les établissements scolaires et d'enseignement supérieur également, les rassemblements religieux et sportifs interdits. Petit tour de vis supplémentaire : "A partir d'aujourd'hui, aucun bateau de croisière ne sera autorisé à accoster dans les ports sud-africains", a déclaré le ministre des Transports, Fikile Mbalula, lors d'une conférence de presse au Cap, ville touristique et portuaire du sud-ouest du pays.

Les quelque 1 700 personnes, essentiellement des touristes allemands et de nombreux Italiens, sont actuellement retenues dans le port du Cap, sans pouvoir débarquer. Les autorités sud-africaines craignent la présence de personnes porteuses du Covid-19. Six passagers susceptibles d’être contaminés ont finalement été testés négatifs, a toutefois précisé le 18 mars l'autorité sud-africaine de sécurité maritime (Samsa). Si cela se confirme et qu'aucun cas n'est trouvé, les personnes à bord du bateau qui bat pavillon italien vont pouvoir descendre à terre dans les jours qui viennent.

116 cas confirmés dans le pays

A ce jour, l'Afrique du Sud compte 116 cas confirmés de Covid-19. La plupart concernent des patients récemment rentrés de l'étranger. Les Sud-Africains ayant visité les pays à risques depuis la mi-février sont systématiquement soumis à des tests, mais le nombre de contaminations locales (de Sud-Africains) est en augmentation. L'Afrique du Sud, où aucun décès n'a été encore enregistré est, avec l’Egypte, le pays officiellement le plus touché d'Afrique subsaharienne. L'Afrique du Sud, on le sait, possède des liens étroits avec la Chine et l'Europe, les deux principaux foyers de l'épidémie. 

De plus, il faut prendre ces chiffres avec beaucoup de précautions car, comme partout ailleurs, le nombre de cas est très certainement sous-évalué.

Si l’Afrique du Sud, comme le Sénégal ou le Kenya, semble un peu mieux armée que d’autres en termes d’infrastructures sanitaires, rien ne dit qu'ils tiendront face à un afflux de patients trop important.