Les Seychelles accélèrent la vaccination afin d'accueillir au plus vite les touristes

L'archipel annonce rouvrir ses frontières le 25 mars, après avoir vacciné 70% de sa population et relancer ainsi une activité touristique indispensable.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
L'anse royale sur l'île de Mahé, archétype du tourisme dans l'archipel des Seychelles. (LIOT JEAN-MARIE / HEMIS.FR / HEMIS.FR)

L'archipel des Seychelles va rouvrir ses frontières le 25 mars. Cela fait juste un an que le pays s'est refermé, se privant ainsi de la manne touristique pourtant essentielle à son économie. Depuis le 14 janvier dernier, seules les personnes vaccinées avaient le droit d'entrer sur le territoire. Autant dire quasiment personne, puisque les campagnes de vaccination n'ont véritablement été lancées dans le monde que depuis le premier trimestre 2021.

Pour accompagner cette réouverture, les Seychelles poussent les feux de la vaccination. Pour l'heure 56 000 personnes sur les 100 000 habitants que compte l'archipel ont déjà été vaccinées et les autorités pensent atteindre le taux de 70% de la population à la date fatidique du 25 mars.

Selon le commissaire à la Santé publique, Jude Gedeon, cela permettra d'atteindre un seuil d'immunité collective et de briser la chaîne de transmission. "Cela nous permettra de nous ouvrir en toute sécurité à notre industrie du tourisme avec un minimum de perturbations dans nos vies normales", a affirmé le commissaire.

Des vaccins offerts

La "diplomatie vaccinale" fait ici des merveilles. La campagne de vaccination a commencé en janvier avec 50 000 doses du vaccin chinois de Sinopharm offertes par les Emirats arabes unis, un partenaire commercial de premier plan. L'Inde a également donné 50 000 doses. L'archipel compte une importante communauté d'origine indienne. "Nous avons plusieurs bons amis qui nous aiment", a commenté une responsable médicale à l'agence de presse AP.

Les Seychelles sont parmi les premiers pays à avoir lancé leur campagne de vaccination contre le Covid-19, au début de l'année 2021. (RASSIN VANNIER / AFP)

Finalement, le gouvernement n'a eu que 40 000 doses à acheter pour couvrir la vaccination de la population, sans devoir grever à l'excès son modeste budget. Car si l'épidémie a été bien contenue (2 890 cas dont 343 toujours actifs et 13 décès), la fermeture des frontières a privé les habitants de revenus liés au tourisme, qui représente 60% de son PIB. En 2018, les Seychelles avaient accueilli plus de 360 000 visiteurs, un tourisme de luxe en progression constante dont l'activité a doublé en dix ans.

Un tourisme essentiel

A compter du 25 mars si tout va bien, les visiteurs n'auront qu'à présenter un test négatif datant de moins de 72 heures. Les touristes devront réserver leur séjour dans un établissement certifié, soit environ les deux-tiers des 700 établissements touristiques de l'archipel. Des établissements qui ont adopté un plan de gestion d'un potentiel cas de coronavirus dans leurs murs.

L'économie des Seychelles repose à 60% sur le tourisme. L'archipel s'est orienté vers un tourisme haut de gamme. (PHILIPPE ROYER / ONLY WORLD.NET/ONLY FRANCE VIA AFP)

Seul bémol, les ressortissants d'Afrique du Sud ne seront toujours pas autorisés à venir aux Seychelles. L'Afrique du Sud étant sur la liste rouge de plusieurs pays européens, en particulier le Royaume-Uni, l'archipel est contraint de suivre les directives des pays d'où provient l'essentiel des touristes.

Reprise du trafic aérien

Dans le même temps, la petite compagnie aérienne locale Air Seychelles reprendra des vols passagers réguliers. Première destination, une ligne saisonnière de deux mois vers Dubaï aux Emirats arabes unis. Les professionnels du tourisme attendent aussi la reprise des vols d'Aéroflot. La Russie représente un fort contingent de touristes. En revanche, l'archipel est encore interdit aux navires de croisière qui ne peuvent y accoster.

Reste cependant deux inconnues de taille dans cette campagne de vaccination. "Nous ne savons pas dans quelle mesure les vaccins que nous administrons sont efficaces contre les différents variants. Nous savons qu'il existe une certaine protection, mais nous ne savons pas dans quelle mesure et pour combien de temps", a reconnu Jude Gedeon. L'archipel reste donc sous la menace d'un reconfinement si l'épidémie redémarre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.