Saïf al-Islam Kadhafi continue de clamer son innocence

Le deuxième fils de Mouammar Kadhafi, toujours en fuite, est accusé de crime contre l'Humanité par la Cour pénale internationale.

Saïf al-Islam Kadhafi, le deuxième fils du dictateur défunt Mouammar Kadhafi, le 23 août 2011 dans les rues de Tripoli (Libye).
Saïf al-Islam Kadhafi, le deuxième fils du dictateur défunt Mouammar Kadhafi, le 23 août 2011 dans les rues de Tripoli (Libye). (IMED LAMLOUM / AFP)

Il se veut toujours innocent. Saïf al-Islam, deuxième fils du dirigeant libyen défunt Mouammar Kadhafi, a indiqué à la Cour pénale internationale (CPI) qu'il était innocent des crimes contre l'Humanité dont il est soupçonné. La cour, installée à La Haye, a précisé samedi 27 octobre que le fils en fuite de Kadhafi avait établi un contact "informel" avec elle. Saïf al-Islam est visé par un mandat d'arrêt international mais serait actuellement en fuite vers le Niger. Il est accusé d'avoir fait bombarder et ouvrir le feu sur des manifestants à Tripoli (Libye), en février dernier.

Le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, a précisé depuis Pékin que ces contacts avaient été établis par le truchement d'intermédiaires. "Il y a des gens en contact avec lui qui sont en contact avec des gens en contact avec nous (...) Nous faisons une entière confiance à la personne qui a établi le contact pour nous". Quant à la défense du fils Kadhafi: "Il dit être innoncent, qu'il prouvera qu'il est innocent et qu'il souhaite savoir quelles conséquences cela entraîne".

Un haut responsable du Conseil national de transition libyen avait indiqué cette semaine que Saïf al-Islam Kadhafi et Abdoullah al-Senoussi, l'ancien chef du renseignement intérieur libyen, souhaitaient se rendre à la CPI car ils craignaient pour leur sécurité en Libye, en Algérie et au Niger. La CPI reconnaît néanmoins qu'al-Islam peut lui échapper en fuyant vers un autre pays grâce à l'assistance de mercenaires payés en puisant dans l'immense fortune accumulée par le clan Kadhafi pendant 42 ans.