Coronavirus : des parcs naturels de RDC ferment leurs portes aux touristes pour protéger les gorilles du virus

Les célèbres parcs des Virunga et de Kahuzi-Biega craignent que les touristes ne transmettent le virus aux gorilles et au personnel.

Des touristes observent une femelle gorille dans le Parc national des Virunga, le 3 septembre 2011.
Des touristes observent une femelle gorille dans le Parc national des Virunga, le 3 septembre 2011. (LUANNE CADD / VIRUNGA NATIONAL PARK)

C'est une des aventures touristiques les plus célèbres au monde. Partir à la rencontre des grands singes au cœur de leur habitat, dans la forêt congolaise. Dans les Virunga, explique le site internet du parc, dix groupes de gorilles des montagnes vivent paisiblement dans les forêts de la chaîne volcanique. Peu farouches, ils se laissent approcher à quelques mètres par les humains, garantissant des émotions fortes et des photographies exceptionnelles. Déjà ces "trek-gorilles" étaient particulièrement encadrés, l'espèce étant particulièrement menacée. Le tiers de la population mondiale des gorilles des montagnes vit ici. On ne peut donc s'en approcher qu'en portant un masque chirurgical car "les gorilles des montagnes sont sensibles à la maladie humaine". Et le parc demande aux visiteurs "qui ne se sentent pas bien au moment du trek" d'abandonner leur visite.

Gorille de montagne photographié dans le parc de Virunga.
Gorille de montagne photographié dans le parc de Virunga. (GUERRIER A/HorizonFeatures/Leemage)

Cette fois, face à l'épidémie de coronavirus, les gestionnaires du parc n'entendent pas prendre de risques, et depuis le 23 mars le parc est fermé jusqu'en juin. Cette décision prend en compte les recommandations des experts scientifiques qui soulignent "la vulnérabilité des primates aux complications médicales qui résulteraient d'un contact avec le virus COVID-19".

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) s'est félicité de ces mesures. La protection est la clé essentielle pendant ce moment de crise. "Les gorilles des montagnes sont sensibles aux autres maladies respiratoires observées chez les hommes. Nous devons admettre qu’ils sont également susceptibles d’être infectés au virus qui cause le Covid-19 chez les hommes", a expliqué Cath Lawson responsable de la conservation.

Cette fermeture a également pour but de protéger le personnel. A la fois pour sa propre santé et afin d'éviter qu'ils ne propagent la maladie aux primates. D'ailleurs, le contrôle régulier des animaux se fera désormais à une distance d'au moins dix mètres.

Des gorilles des montagnes vivent aussi côté rwandais et ougandais. Dans le parc des Volcans, au Rwanda, on compte la plus forte concentration de gorilles. Ils seraient 480 primates organisés en huit groupes. Une forte densité qui les rend encore plus vulnérables aux maladies, explique le National Geographic.

Désormais, on attend que ces pays prennent les mêmes mesures de protection que la République démocratique du Congo.