Sahara occidental: Paris en désaccord avec Washington sur la mission de l’ONU

La France a indiqué être favorable à une prolongation d'un an de la Mission des Nations Unies au Sahara occidental (Minurso), qui vient à échéance fin octobre, mais les Etats-Unis semblent vouloir imposer un renouvellement pour six mois seulement comme en avril.

Un véhicule des Nations Unies arrive au siège de la Mission des Nations Unies pour l\'organisation d\'un référendum au Sahara occidental (Minurso) le 13 mai 2013 à Laayoune, la principale ville du territoire litigieux. 
Un véhicule des Nations Unies arrive au siège de la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) le 13 mai 2013 à Laayoune, la principale ville du territoire litigieux.  (SENNA FADEL SENNA / AFP)

«La position de la France est de pousser à un renouvellement d'un an, en accord avec une recommandation du secrétaire général de l'ONU», a expliqué le 11 octobre 2018 à des médias l'ambassadeur de France à l'ONU, François Delattre.

Construire une solution au Sahara occidental 
«Nous pensons que la tendance actuelle, la dynamique actuelle, est positive», a-t-il ajouté avant des consultations à huis clos du Conseil de sécurité sur la Minurso.
 
«Il y a un élan, il est nécessaire de bâtir sur cet élan, c'est la position de la France.» «Stabilité sur le sol d'un côté, élan politique de l'autre, c'est sur ces deux tendances que nous voulons construire» une solution au conflit au Sahara occidental, a insisté François Delattre.
 
Selon des sources diplomatiques, lors de la réunion du Conseil, les Etats-Unis ont cependant plaidé pour un nouveau renouvellement de seulement six mois. «Les Etats-Unis ont été très fermes» à ce sujet, a indiqué à l'AFP un diplomate sous couvert d'anonymat.
 
Une prorogation de six mois en six mois permet de garder la pression sur les parties et c'est ce qui a conduit à prévoir aujourd'hui une reprise des discussions début décembre à Genève sous l'égide de l'ONU entre Maroc, Front Polisario, Algérie et Mauritanie, a avancé Washington, selon les mêmes sources.
 
Un vote est attendu en fin de mois sur une résolution qui sera comme à l'habitude rédigée par les Etats-Unis.
 
L'ONU veut relancer les discussions arrêtées depuis 2012
Dans un rapport début octobre, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres avait réclamé une prolongation d'un an pour la Minurso afin de donner «à (son) émissaire l'espace et le temps nécessaires» à une relance du processus politique.
 
Cet émissaire, l'ex-président allemand Horst Kohler, a invité le Maroc, le Front Polisario, l'Algérie et la Mauritanie à reprendre les 5 et 6 décembre à Genève les discussions sur le Sahara occidental, arrêtées depuis 2012.

Le Maroc et le Front Polisario ont déjà fait savoir qu’ils acceptaient de participer à ces «discussions préliminaires», a indiqué Antonio Guterres en se disant confiant sur les réponses encore attendues de l’Algérie et la Mauritanie.
 
En avril, Washington avait pris de court ses partenaires en imposant en dernière instance et contrairement à la pratique des dernières années une prorogation du mandat de seulement six mois afin de pousser les parties vers une solution politique.
 
Soutenu par Alger, le Front Polisario réclame un référendum d'autodétermination pour le Sahara occidental. Le Maroc rejette toute solution autre qu'une autonomie pour ce territoire sous sa souveraineté.