Présidentielle 2022 : vu d'Afrique, rien n'est joué pour le second tour Macron-Le Pen

Pour la presse africaine, le second tour n'est pas un remake de la présidentielle 2017 : il est s'annonce plus incertain.  

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Affiches d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, le 10 avril à Perpignan.  (JC MILHET / HANS LUCAS)

Pour le site tunisien d'information Réalités, "la percée de l'extrême droite" est le premier enseignement du premier tour de la présidentielle française. "Ce n’est pas Emmanuel Macron, président sortant, qui a remporté ce premier tour. Loin de là. C'est l’extrémisme, incarné par Marine Le Pen, Eric Zemmour et les autres acteurs politiques de la même couleur. En cinq ans, depuis 2017, les extrêmes se sont enracinées au détriment d'une gauche et d'une droite républicaine qui s’érodent. Seul Jean-Luc Mélenchon, président de la France Insoumise (extrême gauche), est sorti du lot", analyse le site. 

Analyse partagée par le média algérien TSA"Le premier tour de la présidentielle française consacre le fort recul des partis traditionnels qui ont dominé la vie politique française pendant des décennies, le PS (gauche) et les Républicains (droite). (...) Ce scrutin marque aussi la percée inquiétante de l’extrême droite en France, avec deux candidats dans les cinq premières places au premier tour", s'inquiète le pure player. 

Incertitudes

Au Maroc, où le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête selon des résultats partiels, de nombreux journaux à l'instar de Media 24 indiquent que le duel Macron-Le Pen de 2022 ne ressemblera pas à celui de 2017. "Ce sera bien un deuxième tour Macron-Le Pen, mais il sera totalement différent de l'édition 2017, car la France a changé, son paysage politique aussi, ainsi que les candidats", observe le journal.

Le quotidien sénégalais Le Soleil tire la même conclusion : "Le résultat de Marine Le Pen peut être qualifié de très bon, compte tenu de la concurrence d'Eric Zemmour. La candidate RN n’apparaît pas affaiblie par rapport à 2017, au contraire : elle devrait même enregistrer de nouveaux appuis avant le 2e tour, une nouvelle campagne va très vite s'ouvrir."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.