Mort de Valéry Giscard d'Estaing : ces diamants qui ont empoisonné la fin de son septennat

Un pan plus sombre du bilan de Valéry Giscard d'Estaing, c'est l'Afrique, avec notamment l'affaire des diamants.

FRANCEINFO

En 1979, Valéry Giscard d’Estaing est accusé d’avoir reçu, à l’époque où il était ministre, des diamants de la part du président centrafricain Bokassa. À l’époque, ce dernier, empereur autoproclamé en 1977 et ami qui deviendra embarrassant, est le premier chef d’État africain à qui VGE a rendu visite une fois élu. En 1979, Le Canard Enchaîné révèle que Bokassa a offert des diamants à VGE lorsqu’il était ministre des Finances.

Une affaire coûteuse politiquement

Les diamants font les gros titres, mais l’affaire est balayée avec dédain par le président de la République : "Il faut laisser les choses basses mourir de leur propre poison". Il reconnaîtra plus tard avoir reçu ces diamants, de peu de valeur selon lui. Si l’affaire n’est pas d’une grande ampleur financière, son impact politique sera retentissant. L’affaire sera utilisée contre lui lors de la campagne présidentielle de 1981 et pèsera sûrement dans sa défaite contre François Mitterrand.

Une affiche électorale de Valéry Giscard d\'Estaing en 1981 détournée
Une affiche électorale de Valéry Giscard d'Estaing en 1981 détournée (FRANCEINFO)