Le Mozambique relance ses relations avec la Russie

Le président du Mozambique, Filipe Nyusi, a été reçu le 22 août 2019 au Kremlin par son homologue russe, Vladimir Poutine.

La rencontre au Kremlin le 22 août 2019 entre le président russe, Vladimir Poutine, et le président mozambicain, Filipe Nyusi
La rencontre au Kremlin le 22 août 2019 entre le président russe, Vladimir Poutine, et le président mozambicain, Filipe Nyusi (AFP - ALEXANDER ZEMLIANICHENKO / POOL)

Cette visite est la première d'un dirigeant mozambicain en Russie depuis 1987. Elle s'est soldée par la signature d'accords bilatéraux destinés à renforcer la coopération dans les domaines de la sécurité et des hydrocarbures, à l'approche de la présidentielle mozambicaine.

Le déplacement du dirigeant du Mozambique dans la capitale russe intervient trois semaines après la signature d'un accord de paix historique entre le gouvernement de ce pays d'Afrique australe et la Renamo, l'ex-rébellion, devenue principal parti d'opposition. Elle survient également à moins de deux mois de l'élection présidentielle du 15 octobre au Mozambique où le dirigeant sortant va briguer un deuxième mandat.

"Je vous souhaite du succès à ce scrutin", a déclaré Vladimir Poutine, lors de la rencontre. L'URSS, qui a reconnu l'indépendance du Mozambique le jour de sa proclamation en 1975, "a joué un rôle important dans l'instauration de ses structures d'Etat", a-t-il rappelé. "Sur le plan commercial et économique, la situation est pour l'heure assez modeste", a-t-il ajouté.

En 2018, les échanges commerciaux entre les deux pays se sont établis à 115 millions de dollars, a rapporté l'AFP. "Mais nous avons de très bonnes perspectives", a affirmé Vladimir Poutine.

Aide sécuritaire et militaire

Des accords sur la protection mutuelle des informations secrètes et sur la coopération entre les ministères de l'Intérieur des deux pays ont été signés dans le cadre de cette visite. Des accords qui traduisent une collaboration sécuritaire à un moment où les autorités du Mozambique sont confrontées à une violente insurrection islamiste dans le nord.

En 2018, Moscou et Maputo s'étaient déjà entendus sur l'envoi de conseillers militaires russes au Mozambique où ils étaient très présents à l'époque soviétique.

Les deux parties ont également de décider d'instaurer une collaboration entre le groupe pétrolier Rosneft et le Mozambique, qui regorge d'importantes réserves de gaz naturel. "Nous avons des ressources naturelles et nous attendons des investissements russes pour utiliser ces ressources pour le bien du peuple", a déclaré Filipe Nyusi dans une interview à l'agence officielle russe TASS, publiée à la veille de sa rencontre avec Vladimir Poutine.

Moscou, qui cherche ces dernières années à renforcer son influence en Afrique, et Maputo avaient déjà procédé en 2017 à une initiative novatrice d'échange de dettes. Lequel a permis de débloquer 40 millions de dollars pour fournir notamment des repas scolaires à des dizaines de milliers d'écoliers mozambicains. Cet échange de dettes avait été salué par le Programme alimentaire mondial comme "le plus important de l'histoire du PAM".