Cet article date de plus de deux ans.

L’Algérie achète «la moitié des armes russes» exportées vers l’Afrique

Pour remettre à niveau son armée, l’Algérie ne lésine pas sur les moyens. Le pays a acquis ces dernières années des armes russes de haute précision. Des systèmes de défense antiaérienne et antimissile sophistiqués, des chars, des sous-marin, des avions de combat et bientôt des hélicoptères «tueurs de chars». L'armée algérienne est montée en puissance, confirme l’ambassadeur russe à Alger.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des systèmes de défense antiaérienne et antimissile comme celui-ci ont été vendus à l'Algérie par la Russie au cours des dernières années. (Photo Reuters/Maxim Shemetov)

La moitié des armes russes exportées vers l'Afrique sont déstinées à l'Algérie, indique l'ambassadeur russe à Alger. Pourquoi tant d’armes à destination d'un pays qui n'est pas en guerre? Pour des raisons historiques et à cause de la situation qui règne à ses frontières, répond le diplomate russe dont les propos sont rapportés par Sputnik, le site d’information russe.

«La situation au Proche-Orient et les conflits armés dans les pays voisins sont parmi les raisons qui font que l’Algérie achète beaucoup d’armes russes depuis des années», explique-t-il.

La lutte contre le terrorisme parmi les priorités
Le diplomate russe rappelle que la coopération militaire entre les deux pays remonte à l’époque de la lutte du peuple algérien pour l’indépendance «où la Russie a joué un grand rôle». Il souligne la collaboration étroite entre Moscou et Alger dans la lutte contre le terrorisme.

«Les terroristes migrent d’une région à une autre et présentent une menace pour la sécurité de l’Algérie et de la Russie. Voilà pourquoi nos deux pays luttent ensemble contre le terrorisme. L’Algérie a rejoint la base des données sur les terroristes élaborée par le service fédéral de sécurité russe (FSB)», a-t-il annoncé.

L'armée algérienne branchée au système russe de géo-positionnement
Parmi les dernières acquisitions algériennes en provenance de Moscou, le site en ligne Sputnik a annoncé fin juin l’accès au système russe de géo-positionnement par satellites, Glonass, analogue au système américain GPS. Ce système améliorerait sensiblement le guidage des armes algériennes.

«Ce système de navigation militaire, particulièrement chirurgical concernant les armes de haute précision, mettra cependant un certain temps avant que l’armée algérienne ne l’appréhende efficacement. Les autorités russes appuieront donc leurs homologues algériens dans le cadre d’un partenariat technique», indique le site d’information russe qui précise que les Algériens se sont engagés en retour à ne pas revendre d’équipements Glonass à des pays tiers ni à les démonter en vue de concevoir ses propres systèmes.

Sputnik révèle que ces dernières années la Russie a vendu à son partenaire algérien plusieurs systèmes et équipements sophistiqués dans le cadre d’un vaste programme de réarmement de son armée.

Cette capture d'écran du site Sputnik montre l'image du système S-300 russe qui équiperait désormais l'armée algérienne. (Capture d'écran du site Sputnik)

Des systèmes de défense antiaérienne et antimissile
Moscou aurait fourni des missiles balistiques sol-sol disposant d’un appareillage électronique lui donnant à la fois la précision et la capacité de changer de cible ou de suivre une cible mouvante.

L’armée algérienne aurait acquis en 2017 des systèmes de défense antiaérienne et antimissile sol-air. Des informations parues sur le site d’information militaire Menadefense et reprises par Sputnik affirment que l’armée algérienne dispose aussi de sous-marins et de corvettes dernier cri.

Sputnik a annoncé la livraison prochaine d’un escadron d’hélicoptères d’attaque devant compléter la flotte de l’armée de l’air algérienne. Des appareils «tueurs de chars» capables d’effectuer des patrouilles armées et viser des chars à distance de cinq à huit kilomètres.

L'armée algérienne en deuxième position en Afrique
Des équipements militaires russes qui ont permis à l’armée algérienne de monter en puissance. Selon le dernier rapport de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri), l’Algérie reste aujourd’hui le plus grand importateur d’armes en Afrique avec 46% des importations d’armes sur la période 2012-2016.

Le site américain spécialisé dans les questions de défense, Global Fire Power, classe pour sa part l’armée algérienne en deuxième position en Afrique, derrière l’armée égyptienne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.