Cet article date de plus de quatre ans.

LA PHOTO. Libye: les migrants renvoyés chez eux

Face aux migrants subsahariens, la situation est de plus en plus tendue en Libye. Il y a les naufrages des candidats à la traversée de la Méditerranée, mais aussi les morts dans le désert. Plus de 7000 migrants sont détenus dans des centres gérés par le gouvernement de Tripoli. Pour eux, le retour au pays devient une chance.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Migrants renvoyés de Tripoli. L'office international des migrations (OIM) a identifié plus de 380.000 migrants présents en Libye. Il y en aurait environ 7100 détenus dans les 27 centres de détention formellement gérés par la DCIM, l’agence en charge de la lutte contre l’immigration clandestine, soit une infime proportion. Selon MSF, ces gens sont emprisonnés, en théorie dans l’attente de leur expulsion, «suite à un processus opaque qui ne respecte pas leurs droits». Pour bon nombre de ces migrants, c'est souvent le passage par des centres mafieux, des hangars où les migrants s’entassent en attendant le signal du passage. Les réseaux mafieux «se moquent que les gens souffrent ou même meurent: le passage est payé d’avance», assure Jean-Guy Vataux, chef de mission en Libye pour MSF.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.