Vue par Jean-Louis Bruguière, la menace terroriste de Boko Haram au Nigeria

Chaque mois, Jean-Louis Bruguière répond aux questions de Géopolis sur la menace terroriste dans le monde. Aujourd'hui haut-représentant de l'UE auprès des Etats-Unis pour la lutte contre le financement du terrorisme, l'ancien magistrat aborde la problématique liée au groupe islamiste Boko Haram au Nigeria et dans les pays voisins.

(FTV/Franck Parisis)

Boko Haram a beaucoup fait parler de lui au Nigeria ces dernières semaines… Après l'enlèvement de plus de 200 lycéennes, le 14 avril à Chibok, au nord-est du pays, les dernières violences attribuées au groupe islamiste remontent au 25 mai 2014 dans la même région. Au moins 24 personnes y ont été tuées dans l'attaque d'un village. 

L'insurrection de Boko Haram a fait plus de 1.500 morts depuis le début de 2014 dans le fief de ce mouvement radical qui revendique l'instauration d'un Etat islamique dans cette zone majoritairement musulmane. Retour avec Jean-Louis Bruguière sur les origines, la singularité et la radicalisation de ce groupe terroriste qui essaime par-delà les frontières du Nigeria.

Quelle est la genèse de cette organisation ? Quelles sont ses motivations et ses cibles ?



Boko Haram a longtemps été considéré comme une secte islamiste... Quels sont ses liens avec al-Qaïda? Comment le groupe se finance-t-il ?



Les membres de Boko Haram sortent-ils de leur zone d'influence au nord du pays? Leur mode opératoire est-il différent de celui des autres mouvements djihadistes? 



Le Nigeria a-t-il les moyens de lutter seul contre ce groupe actif? Quid des pays limitrophes, comme le Cameroun ou le Tchad? Les Occidentaux apportent-ils leur savoir-faire?