Boko Haram connaît ses premières défaites

L'armée tchadienne se bat aux côtés du Nigeria pour combattre Boko Haram, à l'origine du rapt de 276 lycéennes. 

FRANCE 3

Un an après leur enlèvement par Boko Haram, les lycéennes nigérianes sont toujours portées disparues. Leur rapt remonte au 14 avril 2014. Ce jour-là, 276 lycéennes sont enlevées à Chibok, dans l'État de Borno, fief de Boko Haram. Malgré une mobilisation internationale, 219 d’entre elles sont encore introuvables.

"Le nettoyage des terroristes sera mené à bien"

Alors, depuis quelques jours, l'armée tchadienne entre en scène dans le nord-est du Nigeria, permettant au pays d'infliger ses premières défaites à l'organisation Boko Haram. Les prisonniers fournissent alors des renseignements et la ville Gwoza vient d'être reprise. L'armée se veut optimiste. "Le rythme de cette opération nous montre que le nettoyage des terroristes sera mené à bien", note le porte-parole de l'armée nigériane, le major général Olukolade.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants portent des pancartes \"Bring Back our Girls\", pour demander la libération des 276 lycéennes de Chibok, enlevées par Boko Haram, lors d\'un rassemblement à Lagos (Nigeria), le 7 mars 2015.
Des manifestants portent des pancartes "Bring Back our Girls", pour demander la libération des 276 lycéennes de Chibok, enlevées par Boko Haram, lors d'un rassemblement à Lagos (Nigeria), le 7 mars 2015. (PIUS UTOMI EKPEI / AFP)