VIDEO. Des attentats-suicide font 23 morts et plus de 100 blessés au Tchad, Boko Haram dans le viseur

Les attentats-suicide ont eu lieu dans le même quartier que le palais présidentiel, l'ambassade de France, la télévision nationale et le commissariat central.

SAMAH SOULA - FRANCE 2

N'Djamena a été frappée pour la première fois par un double attentat-suicide qui a fait 23 morts et 101 blessées, lundi 15 juin. La capitale tchadienne attribue cette violence à Boko Haram. Les deux attaques ont visé le commissariat central de N'Djamena et l'école de police, situés dans le quartier présidentiel et diplomatique de la ville.

Le Tchad, fer de lance dans la guerre contre Boko Haram

Le double attentat n'avait toutefois pas été revendiqué lundi après-midi. "Cette attaque ne découragera pas le Tchad de combattre ces bandits et le gouvernement poursuivra la lutte contre les criminels", assure le gouvernement tchadien dans un communiqué. De nombreuses forces se sont déployées dans la ville, où les mesures de sécurité avaient été considérablement renforcées depuis plusieurs mois face à la menace d'attaques de Boko Haram. Les attentats-suicide ont eu lieu dans le quartier où se trouvent le palais présidentiel, l'ambassade de France, la télévision nationale et le commissariat central.

Fer de lance dans la guerre contre Boko Haram, le Tchad, avec ses 5 000 soldats, redoutait depuis des mois des attentats de ce genre sur son sol. Il a toutefois déjà subi des raids de combattants de Boko Haram sur les rives du lac Tchad. N'Djamena ne se trouve qu'à une cinquantaine de kilomètres du nord-est du Nigeria, où sévissent les islamistes.

 

Les forces de police et des soldats devant le siège de la police à N\'Djamena (Tchad), le 15 juin 2015
Les forces de police et des soldats devant le siège de la police à N'Djamena (Tchad), le 15 juin 2015 (BRAHIM ADJI / AFP)