Cet article date de plus de cinq ans.

Boko Haram : le groupe islamiste attaque le Niger pour la première fois

Selon le ministre nigérien de la Défense, 109 combattants de Boko Haram, quatre militaires et un civil ont été tués.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le leader de Boko Haram, Aboubakar Shekau, dans une vidéo diffusée le 31 octobre 2014. (AP / SIPA)

C'est la première incursion d'envergure de Boko Haram au Niger. Des combattants du groupe islamiste basé au Nigeria ont attaqué vendredi 6 février les villes de Bosso (Niger) et Doffa, situées juste de l'autre côté de la frontière. Selon le ministre nigérien de la Défense, Mahamadou Karidjo, 109 assaillants, quatre militaires et un civil ont été tués dans les combats.

Les combats ont débuté vendredi vers 9h, heure de Paris, puis "tout est rentré dans l'ordre", a déclaré à la mi-journée Yacouba Soumana Gaoh, le gouverneur de Diffa (sud-est), la capitale régionale.

Le commandant tchadien blessé par balle

Le bilan pourrait cependant s'alourdir puisque l'attaque a fait également 17 blessés parmi les forces de sécurité nigériennes, tandis que deux militaires sont portés disparus. Aucun bilan concernant les troupes tchadiennes, qui ont assisté les forces nigériennes à Bosso, n'a été fourni.

On sait seulement que le commandant du détachement tchadien a été blessé par balle. Le général Yaya Daoud a reçu une balle dans le ventre tirée par un combattant de Boko Haram qui avait fait semblant d'être tué, selon une source sécuritaire tchadienne. L'officier supérieur a été évacué vers l'hôpital de la Renaissance de N'Djamena, où il se trouvait vendredi soir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.