L'Allemagne reconnaît avoir commis "un génocide" en Namibie pendant l'ère coloniale

Quelque 60 000 Héréros et 10 000 Namas ont été massacrés au début du XXe siècle. L'Allemagne s'engage à soutenir la "reconstruction et le développement" en Namibie en versant plus d'un milliard d'euros.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, lors d'une déclaration à la presse, le 25 mai 2021 à Berlin (Allemagne). (BERND VON JUTRCZENKA / AFP)

Une reconnaissance historique. L'Allemagne a admis pour la première fois, vendredi 28 mai, avoir commis "un génocide" contre les populations des Héréros et Namas en Namibie pendant l'ère coloniale. "A la lumière de la responsabilité historique et morale de l'Allemagne, nous allons demander pardon à la Namibie et aux descendants des victimes" pour les "atrocités" commises, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas. Il a également salué la conclusion d'un "accord" avec la Namibie après plus de cinq ans de négociations. 

"Reconnaissance" et "reconstruction"

Sur ce territoire africain colonisé par l'Allemagne entre 1884 et 1915, les colons allemands avaient tué 60 000 Héréros et 10 000 Namas dans des massacres considérés par de nombreux historiens comme le premier génocide du XXe siècle. Privés de leurs terres et de leur bétail, les Héréros s'étaient révoltés en 1904 contre les colons allemands, faisant une centaine de morts parmi ces derniers. Envoyé pour mater la rébellion, le général allemand Lothar von Trotha avait ordonné leur extermination. Les Namas s'étaient soulevés un an plus tard et avaient subi le même sort. Aujourd'hui, les Héréros représentent environ 7% de la population namibienne contre 40% au début du XXe siècle.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, qui a parlé d'un "geste de reconnaissance des immenses souffrances infligées aux victimes", a également annoncé que l'Allemagne allait soutenir la "reconstruction et le développement" en Namibie grâce à un programme financier de 1,1 milliard d'euros qui doit profiter aux descendants des Héréros et des Namas. Une enveloppe qui n'ouvre la voie, malgré la reconnaissance de ce génocide, à aucune "demande légale d'indemnisation".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Namibie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.