Au Mozambique, inquiétudes autour de la disparition d'un journaliste

Ibraimo Mbaruco a disparu depuis le 7 avril 2020 dans la province du Cabo Delgado (nord), en proie à une insurrection islamiste. Sans aucune nouvelle ni information des autorités, ses collègues redoutent le pire et mettent en cause l'armée.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Réunion dans le village d'Aldeia da Paz dans le nord-est du Mozambique. Le 1er août 2019, ce village a rejoint la longue liste des localités victimes d'un groupe islamiste sans visage qui sème la mort et la terreur depuis près de trois ans dans le nord du pays. Photo prise le 24 août 2019. (MARCO LONGARI / AFP)

La disparition du journaliste Ibraimo Mbaruco dans le nord du Mozambique, en proie à une insurrection islamiste, nourrit les pires craintes de ses collègues, qui soupçonnent l'armée.

Depuis plusieurs années, Ibraimo Mbaruco traitait, pour une radio publique, l'actualité de la ville de Palma, non loin de la frontière entre le Mozambique et la Tanzanie. En quelques années, ce bourg de pêcheurs tranquille de la province du Cabo Delgado s'est mué en quartier général de géants américain ou français qui s'apprêtent à exploiter les énormes gisements de gaz sous-marins enfouis au large de ses côtes.

La région abrite aussi, depuis deux ans et demi, une guérilla jihadiste meurtrière qui prétend, sous la bannière du groupe Etat islamique, faire de cette zone à majorité musulmane un nouveau califat.

Ibraimo Mbaruco, qui était un des rares journalistes à suivre l'actualité chaotique de cette région, a été vu pour la dernière fois par des témoins le 7 avril 2020 vers 18h00, alors qu'il quittait sa radio pour rentrer à son domicile à Palma. Quelques minutes plus tard, il a envoyé un texto à l'un de ses collègues pour l'informer qu'il était "encerclé par des soldats". Depuis, plus rien. Plus personne ne l'a revu et son téléphone est resté muet. Ses collègues et les ONG de défense de la liberté de la presse ont vite soupçonné les forces de sécurité.

Silence des autorités

La branche locale de l'Institut des médias d'Afrique australe (Misa) accuse l'armée d'avoir interpellé le journaliste et de l'avoir conduit sur l'une de ses bases régionales pour l'interroger. "Nous continuons de penser qu'il y a de fortes probabilités pour qu'il soit détenu par les militaires", estime aussi le responsable du bureau Afrique de Reporters sans frontières (RSF), Arnaud Froger, interrogé par l'AFP.

Ni l'armée, ni la police, ni le gouvernement n'ont réagi publiquement à ces accusations. Interrogé le 8 mai par l'AFP, un porte-parole de la police locale, Augusto Guta, a répété n'avoir "aucune information" sur le sort du disparu. Une source policière a toutefois confié sous couvert d'anonymat à l'AFP que Ibraimo Mbaruco avait été arrêté par des soldats. "Il est soupçonné d'avoir livré des informations sur les positions des forces de sécurité et de défense", a-t-elle affirmé.

Faute de réponses publiques des autorités, le Misa a été reçu à sa demande par des collaborateurs du président Filipe Nyusi. "La présidence nous a répondu qu'on devait saisir le ministère de la Justice", a indiqué l'organisation à l'AFP. D'autres journalistes et des patrons de presse, qui ont écrit au chef de l'Etat, ont dû se contenter de la même réponse. "Le silence des plus hautes autorités est extrêmement préoccupant", déplore Arnaud Froger.

La situation dans le Cabo Delgado est telle qu'aujourd'hui, un journaliste a presque autant de raisons de craindre les violences liées à l'insurrection islamiste que la menace d'être enlevé par les militaires de son propre pays

Arnaud Froger bureau Afrique de Reporters sans frontières

AFP

Une région fermée à la presse

Peu après le début de l'insurrection jihadiste, les autorités de Maputo ont cadenassé les portes du Cabo Delgado. Les journalistes étrangers n'obtiennent plus de visa pour s'y rendre et quatre de leurs collègues locaux ont déjà été arrêtés. L'un d'eux, Amade Abubacar, a passé plus de trois mois en détention en 2020 et reste sous le coup d'une inculpation de la justice pour avoir "diffusé des messages déshonorants" contre l'armée.

Malgré les promesses répétées du régime, l'armée et la police, épaulées récemment par des sociétés de sécurité privées étrangères, peinent à ramener l'ordre.

L'ONG Armed Conflict Location and Event Data Project (Acled) a estimé à plus de 1 100, dont 700 civils, le nombre de morts depuis le début de l'insurrection en 2017. Le rythme des attaques des islamistes s'est encore accéléré en 2020, avec déjà plus d'une centaine de raids qui ont fait 285 victimes. Selon les autorités, au moins 150 000 personnes ont également été déplacées par ces violences.

Dans ce contexte, les proches de Ibraimo Mbaruco sont persuadés que l'armée a tenté de le faire taire. "On est sûr qu'il a été enlevé par les militaires", assure sous couvert d'anonymat à l'AFP un de ses collègues. "Ils ont fait la même chose avec Amade l'an dernier. Ce qui est étonnant cette fois, c'est qu'ils tardent à le transférer dans une prison civile", a-t-il ajouté, "on commence à redouter le pire".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.