Attaque au Mozambique : 12 corps décapités découverts près d'un hôtel à Palma

Le 24 mars, des groupes armés ont lancé un raid minutieusement préparé sur la ville portuaire de 75 000 habitants.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des personnes déplacées arrivent à Pemba, le 1er avril 2021, depuis le bateau des personnes évacuées des côtes de Palma, au Mozambique, après l'attaque jihadistes du 24 mars 2021. (ALFREDO ZUNIGA / AFP)

Une terrible découverte. Douze corps décapités ont été retrouvés près de l'hôtel Amarula à Palma, dans le Nord-Est du Mozambique, plus de deux semaines après une sanglante attaque jihadiste qui a fait des dizaines de morts, selon l'armée. "Il y avait 12 corps, tous décapités, un de mes hommes était là", a déclaré vendredi 9 avril à l'AFP Lionel Dyck, patron d'une société militaire privée sud-africaine, Dyck Advisory Group, qui renforçait les troupes mozambicaines dans la lutte contre les jihadistes dans la province pauvre mais riche en gaz naturel du Cabo Delgado.

Le commandant des opérations militaires à Palma, Chongo Vidigal, a affirmé qu'une équipe de médecins légistes se rendait sur place pour identifier les corps. "C'est urgent", a-t-il précisé à la télévision publique, "les corps sont en état de décomposition".

Le bilan réel de l'attaque pas encore connu

Le 24 mars, des groupes armés ont lancé un raid minutieusement préparé sur la ville portuaire de 75 000 habitants, à seulement quelques kilomètres du méga-projet gazier du groupe français Total sur la péninsule d'Afungi. Officiellement, des dizaines de civils, policiers et militaires ont été tués dans le raid contre Palma. Mais le bilan réel, sans doute plus lourd, n'est pas encore connu.

Depuis plus de trois ans, des combattants islamistes terrorisent cette province majoritairement musulmane à la frontière avec la Tanzanie, en exerçant une violence spectaculaire, pratiquant viols, décapitations et incendiant des villages, pour marquer les esprits.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.