Mohamedou Ould Slahi, un parcours de détenu à tort à Guantanamo

Publié
Durée de la vidéo : 5 min.
Mohamedou Ould Slahi, un parcours de détenu à tort à Guantanamo
franceinfo
Article rédigé par
S. Perez, G. Messina, L. Hauville, E. Urtado - franceinfo
France Télévisions

Mohamedou Ould Slahi a été détenu à Guantanamo (Cuba) injustement, après les attentats du 11 septembre 2001. Son histoire a inspiré le film Désigné coupable, qui sort en salle mercredi 14 juillet.

Dans l’Amérique post-11 septembre, le profil de Mohamedou Ould Slahi alimente les soupçons des enquêteurs. Dans sa jeunesse, ce mauritanien fils de bédouins, a rejoint brièvement un groupe djihadiste en Afghanistan et son cousin est un proche d’Oussama Ben Laden. Il est conduit dans la prison de Guantanamo (Cuba) en 2002. Le début d’un engrenage qui va durer 14 ans. "J’ai toujours insisté pour qu’ils me disent les accusations qu’ils avaient contre moi, ils ont toujours refusé. Dès mon arrivée ils ont commencé le régime d’interrogation. Et après, ils ont introduit la torture", précise Mohamedou Ould Slahi.

"Simulations d’exécution"

Que lui ont fait subir les Américains ? "Le programme spécial pour moi a commencé par la privation de sommeil. [Il y a eu] des violations sexuelles à plusieurs reprises, des simulations d’exécution avec ce que l’on appelle le waterboarding. […] La pire chose c’est quand le lieutenant est venu m’informer que ma mère allait être enlevée et abusée", avoue-t-il.

Sous la contrainte, dans le trou noir juridique de Guantanamo, il avoue avoir participé à plusieurs projets d’attentats, dont ceux du 11 septembre. Ses aveux sous la torture sont les seuls éléments de son dossier. Aucune preuve, aucun procès. Ses avocats vont batailler 14 ans. Il est finalement libéré en 2016 sans aucune charge retenue contre lui. "J’ai décidé de pardonner à tout le monde pour avoir la paix et la sérénité dans ma vie", conclut-il, solaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mauritanie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.