Mauritanie: les descendants d'esclaves, enjeu de la présidentielle

En Mauritanie, la campagne électorale bat son plein avant l'élection présidentielle du 22 juin. La communauté Haratine, descendants des esclaves, est l'un des enjeux du scrutin. 

France 24

Brahim Ramdhane est un militant de la cause Haratine , les descendants d'esclaves, dont cette famille de Nouakchott fait partie.
La famille sans revenu fixe, ne parvient pas à scolariser les enfants


 Brahim OULD ABEID, gardien:
"Les plus grands, on les avait envoyé dans le public mais ils n'y ont rien appris. Alors on espère que le bon Dieu nous aidera à trouver les moyens d'envoyer ceux-ci dans une vraie école privée.
ça m'inquiète! Je ne pense qu'à la scolarisation de ces enfants"

Les inégalités de richesse sont l'un des enjeux de la prochaine présidentielle du 22 juin et le cheval de bataille de Brahim Ramdhane et son association.
85 % des analphabètes du pays viennent précisément de la communauté haratine.
En 2 ans, sa fondation a permis à 2000 enfants de retrouver le chemin de l'école.

 Brahim RAMDHANE, Fondation Sahel:

"il y a beaucoup de bruit mais dans les faits, rien.
Il y a une injustice caractérisée, il y a un racisme d'Etat"


Peut être une future amelioration.
La discrimination positive en faveur des Haratines est au coeur des programmes des candidats à la présidentielle

La présidentielle en Mauritanie
La présidentielle en Mauritanie (France 24)