Au large de la Mauritanie, au moins 89 migrants morts dans un naufrage

Le navire, un grand bateau de pêche, a chaviré le 1er juillet, ont précisé les garde-côtes mauritaniens.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Des pêcheurs sur la plage de Jreida, près de la capitale Nouakchott (Mauritanie), le 2 juillet 2024. (MICHELE CATTANI / AFP)

Près de 90 migrants ont péri, lundi, lors du naufrage de leur embarcation au large des côtes de la Mauritanie sur la route de l'Europe, ont indiqué jeudi 4 juillet l'agence mauritanienne d'information et un haut responsable mauritanien à l'AFP. "Les garde-côtes mauritaniens ont retrouvé les corps de 89 personnes à bord d'un grand bateau de pêche traditionnel qui a chaviré le lundi 1er juillet sur les côtes de l'océan Atlantique" à quatre kilomètres de la ville de Ndiago située dans le sud-ouest du pays, a rapporté l'Agence mauritanienne d'information. Les garde-côtes ont secouru neuf personnes, dont une fillette âgée de 5 ans.

L'agence cite des témoignages de survivants, selon lesquels le bateau était parti de la frontière entre le Sénégal et la Gambie avec à son bord 170 passagers, ce qui porterait à 72 le nombre de disparus. Le haut responsable de l'administration locale a fourni à l'AFP des informations similaires sous couvert d'anonymat.

C'est le dernier drame en date sur la route migratoire de l'Atlantique, avec pour première destination les Canaries, archipel espagnol et porte d'entrée de l'Europe. Il faut plusieurs jours de navigation pour parcourir plusieurs centaines de kilomètres jusqu'à l'archipel espagnol dans des conditions décrites comme terribles par les survivants, à la merci de la faim et la soif, du soleil, des éléments et des avaries.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.