Maurice : des hydrocarbures s'écoulent d'un navire échoué depuis fin juillet

Le bateau transportait 200 tonnes de diesel et 3 800 tonnes d'huile lourde, selon la presse locale. Le gouvernement local s'est tourné vers les autorités françaises de l'île de la Réunion voisine pour obtenir de l'aide.

L\'une des photos mises en ligne par l\'association environnementale Eco-Sud. 
L'une des photos mises en ligne par l'association environnementale Eco-Sud.  (ECO-SUD / FACEBOOK)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les autorités de Maurice craignent désormais une catastrophe écologique. Depuis le 25 juillet, des hydrocarbures s'écoulent d'un vraquier échoué sur un récif de la côte sud-est du pays insulaire. "Nous sommes dans une situation de crise environnementale", a reconnu le ministre mauricien de l'Environnement, Kavy Ramano, jeudi 6 août en conférence de presse.

Jusqu'ici, aucun déversement n'avait encore été observé par les autorités, et ces dernières se voulaient d'ailleurs rassurantes. Mais ce jeudi, le ministère dit avoir été informé de l'existence d'une "fissure dans le navire MV Wakashio" et d'une "fuite d'hydrocarbures". Et en effet, une coulée noire peut être observée, après que le navire a commencé à s'affaisser sur l'arrière et à prendre l'eau. Les autorités ont demandé au public de ne pas s'aventurer sur les plages et dans les lagons alentour.

"Nous ne sommes pas suffisamment équipés"

Le bateau, appartenant à un armateur japonais mais battant pavillon panaméen, voyageait à vide mais transportait 200 tonnes de diesel et 3 800 tonnes d'huile lourde, selon la presse locale. Son équipage a été évacué. Il est échoué sur la pointe d'Esny, une zone humide classifiée Ramsar, comme le parc marin de Blue Bay proche et lui aussi menacé. Ces deux sites ont été protégés par des systèmes antipollution, a précisé le ministère.

"C'est la première fois que nous sommes confrontés à une catastrophe pareille et nous ne sommes pas suffisamment équipés pour traiter ce problème", a réagi le ministre de la Pêche, Sudheer Maudhoo. Le gouvernement mauricien s'est donc notamment tourné vers les autorités françaises de l'île de la Réunion voisine pour obtenir de l'aide. Le député européen Younous Omarjee (LFI) appelle les autorités françaises et mauriciennes à tout faire pour "éviter une catastrophe écologique".

Toutes les tentatives pour stabiliser le navire ont échoué en raison des mauvaises conditions en mer. Les efforts pour pomper les hydrocarbures se sont également jusqu'ici révélés infructueux. Les écologistes craignent que le bateau ne finisse par se briser, ce qui pourrait entraîner une fuite encore plus importante d'hydrocarbures et des dommages colossaux en mer et sur le littoral. Très prisée pour ses lagons et ses plages paradisiaques, l'île Maurice est un haut lieu du tourisme international.