Cet article date de plus de sept ans.

Oujda la marocaine veut honorer Mandela

La lutte contre l’apartheid a eu, dans les années 60, un grand écho dans les pays du Maghreb, fraîchement indépendants. Ainsi, Nelson Mandela s’est rendu à cette époque au Maroc, où il a rencontré les membres du FLN algérien et a été initié à la lutte armée. La ville d’Oujda voudrait aujourd’hui honorer l’homme.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Tour dans la médina d'Oujda, au Maroc. (Wiki commons)

Entre 1960 et 1962, Oujda servait de base arrière aux cadres du FLN algérien. Le Maroc ayant déjà acquis son indépendance, c’était un sanctuaire pour les indépendantistes d’Afrique qui venaient prendre langue auprès de Ben Barka, Boumédienne et autres. A quelques kilomètres de la frontière, ils dirigeaient la guerre d’indépendance.

 (Google maps)


Or, à l’époque, l’ANC et Nelson Mandela n’avaient pas abandonné la lutte armée. En 1961, L’ANC en fait même son cheval de bataille. Mandela vient donc se former auprès du FLN. Son instructeur militaire de l’époque, Mohamed Lamari, sera chef-d’état major de l’armée algérienne de la guerre jusqu’en 2005.

Mandela, étroitement surveillé par les services secrets occidentaux, voyage avec un faux passeport éthiopien. Du reste, arrêté à son retour en Afrique du Sud, il sera accusé d’avoir quitté clandestinement le pays.

Mandela en 1962 à Oujda au Maroc, au second rang avec des lunettes noires entouré des membres du FLN. (DR)


Le séjour de Mandela à Oujda a aussi un caractère plus anecdotique. L’homme pratiquait la boxe et entendait s’entraîner durant son séjour marocain. Il fréquentait assidument le club de Mohamed Bouras. Un soir l’entraîneur força un peu la dose et mis Mandela au tapis. Nez cassé !
Une anecdote rapportée à Mandela en 1998. Il s’en souvenait encore !
 
Certains, par le biais d’une pétition, voudraient aujourd’hui que la ville d’Oujda honore la mémoire de Madiba en donnant son nom à une place. «Honorer un géant de sa qualité, c’est emprunter le chemin de lutte qu’il a emprunté…»

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.