Maroc : un fourgon passe en force dans l'enclave espagnole de Ceuta avec 52 migrants à bord

Le fourgon bélier est un nouveau moyen pour les migrants subsahariens de passer en Europe à partir du Maroc.

Le point de passage entre le Maroc et l\'enclave espagnole de Ceuta le 4 septembre 2018.
Le point de passage entre le Maroc et l'enclave espagnole de Ceuta le 4 septembre 2018. (FADEL SENNA / AFP)

Un fourgon transportant une cinquantaine de migrants africains a fait irruption "à toute vitesse" le 17 novembre 2019 à Ceuta, franchissant de force un poste-frontière entre cette enclave espagnole et le Maroc, a révélé la Garde civile.

Un fourgon blanc immatriculé en région parisienne

Le fourgon a surgi dans la nuit "à toute vitesse et cassé la grille" du poste-frontière de Tarajal, a déclaré un porte-parole de la force de police de l'enclave. Selon une vidéo du quotidien local El Faro de Ceuta, 52 personnes exactement, 34 hommes, 16 femmes et 2 enfants d'Afrique subsaharienne voyageaient à bord du véhicule. Le conducteur de la camionnette a été arrêté.

La partie avant de ce fourgon blanc, immatriculé en région parisienne, précise El Faro, a été gravement endommagée par son impact avec la clôture, qui apparaît ouverte et pliée. La Garde civile a conduit les migrants vers un poste frontalier de la Croix-Rouge pour les prendre en charge, toujours selon cette vidéo.

Ceuta et Melilla, seules frontières terrestres entre l'Europe et l'Afrique

Ceuta et Melilla, l'autre enclave espagnole dans le nord du Maroc, uniques frontières terrestres de l'Union européenne en Afrique, servent fréquemment de portes d'entrée pour les migrants, qui escaladent le plus souvent les grandes clôtures frontalières. Depuis le début de l'année, 5 216 migrants ont réussi à entrer dans ces deux villes par voie terrestre, soit 12,4% de moins qu'en 2018, selon le dernier bilan du ministère de l'Intérieur espagnol. Sur ce total, 1 163 sont entrés par Ceuta.

Selon le ministère, 27 594 migrants au total sont entrés en Espagne par voie terrestre ou maritime depuis le début de l'année, soit 50,7% de moins qu'en 2018, année où l'Espagne était devenue la principale porte d'entrée des migrants clandestins en Europe. Elle est actuellement dépassée par la Grèce.

Renforcer les mesures de protection autour du périmètre frontalier

Le jour même, selon le site marocain Yabiladi, le gouvernement espagnol avait appelé le Maroc à renforcer les mesures de protection autour du périmètre frontalier de Ceuta et de Melilla, pour les dix prochains mois. Ce périmètre doit en effet connaître des travaux pour le retrait des fils de barbelé, a rapporté le site local Ceuta TV. La priorité du Premier ministre Pedro Sánchez est que les autorités marocaines assurent la protection de cette zone, parallèlement à un dispositif similaire entrepris par la Garde civile du côté espagnol.

Bravant les barbelés, un migrant subsaharien tente de passer de force dans l\'enclave espagnole de Ceuta en territoire marocain, le 30 août 2019.
Bravant les barbelés, un migrant subsaharien tente de passer de force dans l'enclave espagnole de Ceuta en territoire marocain, le 30 août 2019. (ANTONIO SEMPERE / AFP)

En janvier dernier, le Conseil des ministres espagnols a approuvé le retrait de la clôture de barbelés, donnant lieu à des discussions et des réunions entre les ministres de l’Intérieur des deux pays. Réfléchir sur les meilleurs moyens d’éviter toute forme d’incidents au niveau des frontières était à l’ordre du jour de ces rencontres.