Coronavirus : arrestation de deux Britanniques qui allaient quitter le Maroc avec 117 000 masques de protection

La douane marocaine a arrêté sur le port de Tanger un camionneur britannique qui avait 100 000 masques à son bord. Un deuxième Britannique a été interpellé à l’aéroport d’Agadir avec 17 000 autres masques dans ses bagages.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Port de Tanger, le 28 juin 2019. (- / AFP)

"Les agents des services de la douane ont arrêté, dans la matinée de ce mardi 3 mars, un camionneur britannique qui s’apprêtait à quitter Tanger. Il était en possession de près de 100 000 masques de protection", rapporte 360.ma, à l’origine de l’information, qui cite des sources sécuritaires.

La spéculation bat son plein. La valeur marchande de la saisie s’élève, selon le site, à 30 millions de dirhams, soit plus de 2,8 millions d’euros. Le routier britannique aurait acquis les masques à 350 dirhams (32,8 euros) le lot alors qu’il était de 50 dirhams (4,6 euros) avant l’épidémie.

A Agadir, selon le quotidien arabophone Al Akhbar dans son édition du 2 mars, cité par Bladi, un autre ressortissant britannique aurait écumé les pharmacies de la ville avant d’essayer de tenter de quitter la ville pour Manchester avec 17 000 masques de protection dans ses bagages. Le prévenu aurait plaidé la bonne foi et affirmé n’avoir rien vu d’illégal dans cette exportation. Ce n’est pas l’avis de la police aéroportuaire d’Agadir.

Ruée vers les masques

Les pharmacies marocaines n’arrivent plus à faire face à la demande. "Actuellement, nous n’avons plus de masques. Les clients, surtout ceux qui s’apprêtent à voyager dans les pays à risque, nous en demandent ; mais nous leur répondons que nous n’en avons plus", se désole une pharmacienne à Bladi.

Le ministère marocain de la Santé a annoncé avoir enregistré, le 4 mars au soir, un deuxième cas du nouveau coronavirus confirmé au laboratoire de l’Institut Pasteur-Maroc. Il s’agit d’une Marocaine en provenance d’Italie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.